«Exit tax», le symbole du «président des riches»

«Exit tax», le symbole du «président des riches»
Emmanuel Macron, lors d'un discours à bord du porte-avion HMAS Canberra, à Sydney, mercredi 2 mai.
A lire aussi

Libération, publié le jeudi 03 mai 2018 à 17h33

C'est parti pour une nouvelle bataille de chiffres. Cette fois-ci, sur l'«exit tax», cette imposition des plus-values potentielles des portefeuilles ou actions détenues par les contribuables français les plus riches (au-delà de 800 000 euros de capital et/ou 50 % d'une entreprise), partis à l'étranger (souvent en Belgique) dans l'espoir de ne pas avoir un euro à rendre au fisc. Combien rapporte à l'Etat ce mécanisme remis en place par Nicolas Sarkozy en 2011 et qu'Emmanuel Macron veut donc supprimer l'an prochain ? S'agit-il de 800 millions d'euros comme le dénonce l'opposition de gauche en s'appuyant sur un rapport de janvier 2018 du Conseil des prélèvements obligatoires ? De «60 à 80 millions» comme le rapportent les députés de la commission des Finances

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.