Évasion de Redoine Faïd : "J'en tirerai toutes les conséquences", annonce Nicole Belloubet

Évasion de Redoine Faïd : "J'en tirerai toutes les conséquences", annonce Nicole Belloubet
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, à la sortie du Conseil des ministres, à l'Elysée le 27 juin 2018.

, publié le mardi 03 juillet 2018 à 16h45

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, est l'objet de nombreuses critiques de la part de certains élus, notamment de droite, qui réclament sa démission.

Depuis la spectaculaire évasion de Redoine Faïd, dimanche 1er juillet, de la prison de Réau (Seine-et-Marne), Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, est la cible de nombreuses critiques, notamment d'une partie de la droite qui exige sa démission. La garde des Sceaux s'est défendue, mardi 3 juillet lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, annonçant qu'elle "tirerait toutes les conséquences" de cet évènement.





"Comme garde des Sceaux, je suis évidemment responsable de la sécurité dans les établissements pénitentiaires", a déclaré Nicole Belloubet, interpellée par plusieurs élus, notamment du Rassemblement national (RN, ex-FN) et des Républicains, qui réclament des explications. La ministre de la Justice, qui veut "comprendre comment cette évasion a pu se produire", s'est défendue devant l'hémicycle, expliquant que "le régime du détenu était spécifiquement adapté à une surveillance renforcée".



"Je souhaite porter un regard clinique sur les conditions de cette évasion. J'en tirerai toutes les conséquences, je dis bien toutes les conséquences", a déclaré Nicole Belloubet, avant d'annoncer une mission d'inspection pour , "pour mesurer les éventuelles défaillances et prendre les sanctions qui s'imposeraient". Les conclusions de ce rapport devraient être rendues dans une quinzaine de jours.



"Elle est complètement à côté de la plaque"

iInvité sur LCP, lundi 2 juillet, Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, a demandé "des sanctions contre les responsables" : "La ministre devrait au moins s'excuser devant la Nation et dire ce qu'elle va faire, mais elle préfère mettre des téléphones dans les cellules", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Elle est complètement à côté de la plaque et les personnels pénitentiaires en ont assez de ne jamais être défendus par leur ministre".



"C'est la ministre de la Justice qui est défaillante", a déclaré quant à elle Marine le Pen, au micro de RTL, mardi 3 juillet.



La présidente du Rassemblement national a estimé que Nicole Belloubet n'était "pas à la hauteur" de ses fonctions de ministre de la Justice, ajoutant qu'elle était "responsable de cette évasion pour n'avoir pas pris les mesures que l'administration pénitentiaire lui réclamait de prendre". Marine Le Pen faisait référence à la demande de transfèrement du détenu, faite par la Direction interrégionale d'Ile-de-France à la Direction de l'administration pénitentiaire.

Une audition de la ministre prévue par la commission des Lois "fin juillet"

Si les Républicains ne réclament pas la démission Nicole Belloubet, ils demandent en revanche son audition par la commission des Lois, "dès que possible". Une demande formulée par le chef de file des députés LR, Guillaume Larrivé, et envoyée à Yaël Braun-Pivet (la République en marche), la présidente de la commission des Lois de l'Assemblée nationale.



Cette dernière a répondu qu'elle n'avait "pas attendu" la demande des Républicains et qu'une audition était d'ores et déjà prévue "fin juillet".

Du côté du gouvernement, "l'urgence, c'est la mobilisation pour retrouver cet individu", a déclaré Edouard Philippe, le Premier ministre, mardi 3 juillet sur RTL, tout en reconnaissant que cette évasion "pos(ait) beaucoup de questions".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.