"Front républicain" à Perpignan: Aliot (RN) dénonce une "escroquerie"

"Front républicain" à Perpignan: Aliot (RN) dénonce une "escroquerie"
Le député RN Louis Aliot, lors du premier tour des municipales, le 15 mars 2020 à Perpignan

, publié le vendredi 29 mai 2020 à 18h33

Le député RN Louis Aliot, arrivé en tête au 1er tour des municipales à Perpignan, a dénoncé vendredi une "escroquerie" au détriment de l'intérêt général, après que le candidat En Marche s'est retiré en appelant à un "front républicain" contre lui.

"La collusion des uns avec les autres apparaît au grand jour. L'intérêt général disparaît derrière les conciliabules entre vrais coquins qui se repassent le mistigri des affaires locales à l'abri des regards et des électeurs depuis plus de 40 ans", écrit Louis Aliot, arrivé en tête le 15 mars avec 35,6% des suffrages.

"Leur front républicain, poursuit Louis Aliot, est une véritable escroquerie qui permet à un système failli et corrompu de se maintenir en place".

En deuxième position mais loin derrière lui, le maire LR Jean-Marc Pujol n'a rassemblé que 18% des voix, un maigre score pour un maire sortant. Il se maintiendra au second tour et clame qu'il est le seul à pouvoir mettre Louis Aliot en échec, mettant en avant qu'il l'a déjà battu en 2014 lors du second tour.

Arrivé 4e du 1er tour avec 13%, le député En Marche Romain Grau s'est désisté jeudi en appelant à "faire barrage" au candidat du Rassemblement national.

Le patron de LREM Stanislas Guerini a salué sur Twitter ce "choix républicain": "Renoncer à faire campagne est une décision difficile mais notre ligne est claire : nous ne serons jamais les marchepieds du FN".

Retrait ou maintien, l'incertitude subsiste encore dans le camp de l'écologiste Agnès Langevine (EELV-PS), également vice-présidente de la Région Occitanie dirigée par Carole Delga (PS), qui a obtenu 14,5% des suffrages au premier tour.

Appellera-t-elle à un front républicain? C'est ce qu'avait fait le candidat PS Jacques Cresta en 2014.

Une lézarde est déjà apparue dans le "front républicain" prôné par Romain Grau.

Une de ses co-listières Josianne Cabanas a appelé à voter pour Aliot au second tour. "Je refuse le front républicain. (...) Je voterai Aliot pour qu'il rende à ma ville dignité et fierté, qu'il lui redonne de la sécurité et du bien vivre", écrit-elle sur son profil Facebook.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.