Buzyn sur les retraites: "L'âge d'équilibre reste dans la loi"

Buzyn sur les retraites: "L'âge d'équilibre reste dans la loi"
La ministre de la Santé Agnès Buzyn s'exprime sur le perron de l'Elysée sur le texte de la réforme de la retraite, le 24 janvier 2020

, publié le vendredi 24 janvier 2020 à 15h35

Clé de voûte financière de la réforme des retraites, "l'âge d'équilibre reste dans la loi", même si le gouvernement a renoncé à l'appliquer dès 2022, a indiqué vendredi la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn.

"Cette notion d'âge d'équilibre, qui est un fait économique, elle reste dans la loi", a-t-elle déclaré à l'issue du Conseil des ministres où ont été adoptés les deux projets de loi (organique et ordinaire) visant à créer le "système universel" promis par Emmanuel Macron.

Mentionné à près de quarante reprises dans ces textes, "l'âge d'équilibre" doit être supérieur à l'âge légal de départ (62 ans en règle générale) et assorti d'un "mécanisme de bonus-malus" de 5% par an, afin "d'inciter les Français à partir plus tard avec une meilleure pension".

Dans un premier temps, le gouvernement envisageait son entrée en vigueur dès 2022, pour le porter progressivement à 64 ans en 2027.

Face à l'opposition des syndicats, cette "mesure de court terme" a été retirée du projet de loi, une "conférence des financeurs" devant proposer d'ici à la fin avril d'autres moyens "d'atteindre l'équilibre financier" en 2027.

Mais au-delà de cette échéance, le "système universel" reposera bien sur un "âge d'équilibre" qui entrera en vigueur en 2037, quand la génération 1975 atteindra l'âge légal.

"Ce qui reste dans la loi, et ça n'a pas été refusé par les partenaires sociaux, c'est la notion d'un âge d'équilibre du système qui est en fait un référentiel collectif, qui à pension égale et à taux de cotisation égal, fait que le régime sera à l'équilibre", a expliqué Mme Buzyn.

La réforme prévoit que le futur système "devra être en équilibre sur des périodes de 5 ans (...) c'est là où l'âge d'équilibre peut être un levier", qui "servira aux partenaires sociaux pour proposer des trajectoires et des moyens d'aboutir à cet équilibre que nous souhaitons", a-t-elle ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.