Européennes : Ségolène Royal à la tête d'une coalition de la gauche ?

Européennes : Ségolène Royal à la tête d'une coalition de la gauche ?
Ségolène Royal le 15 mai 2018 à Buenos Aires, Argentine.

publié le jeudi 25 octobre 2018 à 18h14

Si l'ancienne ministre de l'Environnement exclut d'être candidate du PS pour les élections européennes de mai 2019, l'idée d'une liste pluraliste avec des personnalités socialistes et écologistes la séduit, rapportent plusieurs médias. Une idée qui fait son chemin chez les socialistes.

Ségolène Royal sera-t-elle candidate aux élections européennes de mai 2019 ? L'ancienne ministre de l'Environnement décidera "à partir de janvier" ce qu'elle a "envie de faire", a-t-elle affirmé mercredi 24 octobre à l'AFP, en précisant que l'idée d'être tête de liste est "une éventualité" qu'elle n'a "pas du tout imaginée" par elle-même.



Le nom de l'ambassadrice des pôles a refait surface depuis quelques semaines et a été évoqué dans les possibilités de tête de liste pour PS. "Elle coche énormément de cases, c'est une personnalité reconnue sur la question des droits, de la transition écologique. Elle porterait une voix forte sur la scène européenne", a confié au Monde jeudi un membre de la direction du PS.

"Je ne veux pas devenir députée européenne de base"

Le parti cherche en effet une personnalité qui "pourrait le pousser un peu plus loin que les 4 % à 6 % que lui donnent pour l'heure les sondages", avance le quotidien, selon qui Christiane Taubira, Bernard Cazeneuve ou Najat Vallaud-Belkacem ont déjà décliné.

Proposition que Ségolène Royal a également refusé malgré les sollicitations du premier secrétaire du parti Olivier Faure. "Je ne vais pas être candidate du PS", a-t-elle assuré mercredi au Parisien. Elle ne veut pas se faire "broyer" dans cette affaire. "Je ne veux pas devenir députée européenne de base", ajoute-t-elle.

Une liste "arc-en-ciel"

Néanmoins, mener une liste pluraliste avec des personnalités socialistes, écologistes et d'associations lui paraît plus séduisant, avancent Le Parisien et Le Monde. "Ses proches, comme Patrick Mennucci (conseiller municipal PS de Marseille) ou Guillaume Garot (député PS de la Mayenne), la verraient bien aux commandes d'une liste 'arc-en-ciel' qui irait au-delà du PS", explique Le Parisien. Le nom de Jean-Louis Borloo circule pour y figurer, rapporte Europe 1.

Une hypothèse qui fait son chemin au PS, écrit Le Monde. "Faire (autour de Ségolène Royal) un rassemblement sur un projet de gauche, humaniste... il n'y a aucun problème à cela", assure une source à la direction du parti.



"Ségolène Royal cherche à incarner un rassemblement plus large parce qu'elle considère, et de ce point de vue, elle a raison, que nous sommes face à la gauche la plus bête du monde", a par ailleurs affirmé ce jeudi Olivier Faure en dénonçant le "suicide" que constituerait la division en sept listes aux européennes.

"Elle est une grande figure de la gauche et de l'écologie et à ce titre-là, elle peut incarner ce rassemblement", a-t-il jugé, tout en précisant qu'elle "n'est pas la seule à pouvoir le faire". "Je serai sensible à toutes les initiatives qui viendront expliquer à cette gauche-là qu'effectivement, aujourd'hui, elle va additionner des scores qui seront entre 2 et 10% et qu'au bout du compte, nous allons accorder facilement une victoire à Emmanuel Macron à un moment où nous pourrions au contraire le challenger et faire basculer ce quinquennat", a déploré le député de Seine-et-Marne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.