Européennes : Pascal Canfin justifie son ralliement à Emmanuel Macron

Européennes : Pascal Canfin justifie son ralliement à Emmanuel Macron
Pascal Canfin, le 18 juin 2015.

Orange avec AFP-Services, publié le mercredi 27 mars 2019 à 13h42

Numéro 2 de la liste La République en marche (LREM) aux élections européennes, l'écologiste assure que le chef de l'État "est en train de changer" sur les enjeux écologiques, ce qui explique pourquoi il a décidé de finalement rejoindre la liste du parti présidentiel. 

La ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau a annoncé sa démission après avoir été investie mardi en tête de la liste LREM aux Européennes, avec l'écologiste Pascal Canfin en deuxième position. Une place qui n'a pas manqué de faire réagir. "Et les convictions? Elles restent à la porte du bureau de vote", a notamment raillé le leader de La France insoumise.



"J'avoue que je ne comprends pas, ça m'attriste", a également commenté la tête de liste Europe-Écologie Les-Verts aux élections européennes Yannick Jadot.

Par le passé, l'ancien (Europe Écologie-Les Verts) de François Hollande et ex-directeur du WWF France, a déjà dit non deux fois à Emmanuel Macron. En septembre dernier, il a refusé de remplacer Nicolas Hulot en tant que ministre de la Transition écologique et quelques mois plus tard, en novembre, il a assuré qu'il ne souhaitait pas figurer la liste LREM. Comment explique-t-il son revirement aujourd'hui ?



Emmanuel Macron "est en train de changer"

"Moi je n'ai pas changé et je suis tellement têtu que je suis quand même une des rares personnes à lui avoir dit non deux fois. Donc si je lui dis oui aujourd'hui c'est parce qu'il a changé, il est en train de changer", a-t-il expliqué mercredi 27 mars sur France Inter. 

Selon lui, "il y a une profonde modification du projet" de la majorité, "on est dans une logique d'accélération de la transition" écologique alors que "le programme initial d'Emmanuel Macron 2017 était très très peu écologique". "C'est en train de devenir la matrice fondamentale du projet qui sera porté par cette liste", conduite par Nathalie Loiseau, "donc il a changé", a insisté M Canfin. 

Le président lui a donné des "garanties" suffisantes. "Si j'avais été seul, évidemment, c'eût été une caution, un coup d'épée dans l'eau, et j'aurais dit non, (mais) c'est une aventure collective." En position éligible figurent des personnalités qui ont "des compétences, des engagements, des convictions écologistes très fortes", a-t-il assuré. "Si j'attends que tout soit parfait pour commencer à me dire 'peut-être que je peux commencer à me poser la question d'y aller', je ne ferai jamais rien", ajoute-t-il.



Pascal Canfin a mentionné notamment le fait qu'au dernier Conseil européen, Emmanuel Macron, "qui était historiquement quelqu'un qui était favorable aux traités commerciaux, a dit : je ne signerai pas de traités commerciaux si les questions climatiques ne sont pas intégrées". 

Canfin "pas candidat pour être ministre"

L'ancien ministre a souligné pour autant qu'il n'est pas "d'accord sur tout avec lui" et qu'il n'avait pas rejoint En Marche. "Si vous voulez que je vous dise que le gouvernement actuel français n'en fait pas assez, ne va pas assez vite, ne va pas assez loin sur l'écologie, c'est même pas la peine que vous me posiez la question, je vous le dis", a-t-il ajouté.

"Je ne suis pas candidat pour être ministre de ce gouvernement, je suis candidat sur une fonction européenne", a précisé M. Canfin, pour qui "80 pour cent des règles en matière environnementale, proviennent de l'Europe, c'est donc la mère des batailles".

M. Canfin a assuré ne pas faire "un mauvais coup" à EELV par sa candidature, "parce que si on y croit vraiment à cette cause, il faut nécessairement multiplier, additionner les énergies".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.