Etats généraux de la justice : Le Pen accuse Macron de "déconnexion"

Etats généraux de la justice : Le Pen accuse Macron de "déconnexion"
Marine Le Pen, le 3 juin à Saint-Chamond (Loire)

publié le dimanche 06 juin 2021 à 14h04

Marine Le Pen a dénoncé dimanche l'organisation à venir d'Etats généraux de la justice, annoncée la veille par Emmanuel Macron, accusant le chef de l'Etat de "déconnexion" d'avec les Français sur le thème de la sécurité.

"Etre président de la République, ce n'est pas organiser des groupes de parole. Etre président de la République, c'est agir pour une amélioration de la qualité de vie des Français et les protéger", a lancé la candidate du RN à la présidentielle lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

Selon Marine Le Pen, "les Français se sentent cernés par l'insécurité, il n'y a plus un endroit où on est en sécurité". Or "le président a encore répété il y a deux jours que les Français vivaient un 'sentiment d'insécurité'. Il se positionne en disant cela quasiment en sécession avec les Français".

En déplacement dans le Lot jeudi, le président Emmanuel Macron a considéré que la société était "de plus en plus violente", en disant observer "une dégradation très nette", et que "la nation" vivait "un sentiment d'insécurité".

"Laisser penser aux Français qu'il n'y a pas d'insécurité, mais un sentiment d'insécurité, cette déconnexion est tellement lourde, tellement grave", a asséné dimanche Marine Le Pen. "Elle participe d'ailleurs, cette déconnexion, à une injustice supplémentaire à l'injustice sociale qui règne dans notre pays, c'est l'injustice à l'égard des plus faibles qui sont les premiers impactés par cette insécurité".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.