Estrosi fait preuve d'"une rare misogynie", estime Griveaux après ses propos sur Schiappa

Estrosi fait preuve d'"une rare misogynie", estime Griveaux après ses propos sur Schiappa
Benjamin Griveaux, le 9 janvier 2019.

Orange avec AFP-Services, publié le mercredi 23 janvier 2019 à 18h00

Le porte-parole du gouvernement ne comprend pas les critiques à l'encontre de la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, qui va animer avec Cyril Hanouna une émission sur le grand débat national.

Marlène Schiappa va co-animer, vendredi 25 janvier sur C8, un numéro spécial de l'émission "Balance ton post" aux côtés de Cyril Hanouna. Une annonce faite en début de semaine et qui a suscité un flot de critiques à l'encontre de la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes.

Ce mercredi, Christian Estrosi n'y est pas allé de main morte. "Si Le Journal du hard existait encore, peut-être que Mme Schiappa irait", a lancé sur Sud Radio le maire Les Républicains (LR) de Nice. 



"Là il y a un sexisme avéré et manifeste", et "une rare misogynie à laquelle on ne s'habituera jamais", a réagi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, lors du compte-rendu du Conseil des ministres. 

"Il n'y a pas dans la République de lieux interdits pour débattre"

Il a déclaré, plus généralement, ne pas comprendre les critiques à l'encontre de Marlène Schiappa, mais aussi d'"autres membres du gouvernement", fustigeant le manque de "cohérence" de ceux qui "profèrent" ces "attaques". 

"Nos opposants ne peuvent pas expliquer depuis des mois, quasi d'une manière pavlovienne, que ce gouvernement serait sourd aux demandes du peuple (...), que nous ne nous adressons qu'à ceux qui ont réussi", et critiquer le gouvernement "lorsqu'on s'adresse (...) sur des canaux différents à l'ensemble de nos concitoyens", via des médias "dont certains seraient nobles et d'autres ne le seraient pas". "On marche sur la tête", a résumé Benjamin Griveaux, jugeant "très bien qu'on puisse aller parler aux téléspectateurs de l'émission de Cyril Hanouna", car "il n'y a pas dans la République de lieux interdits pour débattre".


Marlène Schiappa a justifié mardi sa décision de coanimer l'émission, une "bonne initiative" selon elle pour toucher un plus large public.

Les excuses d'Estrosi, le soutien de Mahjoubi

Après sa sortie sur Sud Radio, Christian Estrosi a présenté ses excuses dans un tweet à l'adresse de la ministre, tout en insistant sur le fait que sa "participation à une émission de divertissement contribue à décrédibiliser la vie publique".



Marlène Schiappa n'a pas répondu à ces propos, se contentant de retweeter les marques de soutien, dont celle du secrétaire d'État au Numérique Mounir Mahjoubi, pour qui "ces phrases balancées à Marlène Schiappa sont autant de gifles envoyées au visage de toutes les filles et les femmes qui les entendent".

 


"Si le Journal des Beaufs existait à la télévision, on connaît des élus qui en seraient les animateurs", a de son côté tweeté la ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.