Eric Dupond-Moretti est victime d'un "délit de sale gueule", selon Gabriel Attal

Eric Dupond-Moretti est victime d'un "délit de sale gueule", selon Gabriel Attal
Eric Dupond-Moretti, le 24 septembre 2020, à Paris

, publié le vendredi 02 octobre 2020 à 11h00

La tension règne entre le garde des Sceaux et la magistrature, faisant dire au porte-parole du gouvernement que l'ancien avocat est victime de considérations "corporatistes".

Cible de grands magistrats depuis son arrivée au ministère de la Justice, Eric Dupond-Moretti est victime d'un "délit de sale gueule et de choses assez corporatistes", a déploré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, vendredi 2 octobre. à propos du malaise persistant entre le ministre de la Justice et la magistrature.


Jeudi, l'Union syndicale des magistrats (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM), les deux principaux syndicats de magistrats, ont demandé au président de la République de trouver "une solution" au "conflit d'intérêt" du garde des Sceaux, après l'ouverture d'une enquête administrative contre des procureurs du Parquet national financier (PNF).

Interrogé sur LCI pour savoir s'il y avait un problème Eric Dupond-Moretti au gouvernement, Gabriel Attal a estimé qu'"il y a un problème avec certaines déclarations de certains magistrats qui relèvent selon (lui) d'un délit de sale gueule et de choses assez corporatistes". "Parce qu'Eric Dupond-Moretti a été avocat, a tenu des positions en tant que citoyen, en tant qu'avocat, il serait aujourd'hui illégitime dans sa fonction de garde des Sceaux, ministre de la Justice?", a-t-il interrogé. "La fonction de garde des Sceaux, c'est pas une profession réglementée, elle est pas réservée à certaines professions et interdite à d'autres", a-t-il lancé.

Une chasse à la "taupe" qui a mis le feu aux poudres

Dénonçant "des procès d'intention", Gabriel Attal a défendu le ministre en assurant qu'il "défend les intérêts de son ministère", avec à la clé "une augmentation de budget pour son ministère historique" de 8%, "pour créer des postes de magistrats, pour créer des postes de greffiers".

Le garde des Sceaux a ordonné l'ouverture d'une enquête administrative après un rapport sur les investigations du PNF pour identifier la "taupe" qui aurait pu informer Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog (un ami proche de Dupond-Moretti) qu'ils étaient sur écoute dans une affaire de corruption. Les données téléphoniques de plusieurs ténors du barreau, dont Eric Dupond-Moretti, avaient été épluchées. Il avait déposé une plainte avant de la retirer à sa nomination comme garde des Sceaux en juillet.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.