Eric Ciotti et Nadine Morano feraient-ils de bons ministres ? "Pourquoi pas", répond Marine Le Pen

Eric Ciotti et Nadine Morano feraient-ils de bons ministres ? "Pourquoi pas", répond Marine Le Pen
La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, le 9 mars 2021.

publié le mardi 25 mai 2021 à 10h08

Invitée mardi matin de BFMTV, la présidente du Rassemblement national a appelé à "dépasser les étiquettes" et estimé que les deux membres des Républicains étaient plus proches d'elle que d'Emmanuel Macron.


A un mois des élections régionales, Marine Le Pen se montre plus offensive que jamais. Alors que son parti est en bonne position notamment dans les Hauts-de-France et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, la présidente du Rassemblement national a rappelé mardi 25 mai sur BFMTV que l'objectif était "gagner des régions." "Si nous ne gagnons aucune région c'est qu'il y aura des manœuvres comme lors des dernières élections", a-t-elle dénoncé. 



'S'il s'agit de faire alliance avec En Marche ce n'est pas possible, à la différence des Républicains", a-t-elle prévenu, en référence à la situation en Paca, où la ministre Sophie Cluzel s'est retirée de la course pour laisser le champ libre au président sortant LR Renaud Muselier.

"Avis aux électeurs, si vous ne voulez pas voter pour une liste sur laquelle il y a des gens qui soutiennent Emmanuel Macron, ou qui votent pour Emmanuel Macron, ne votez pas pour les listes LR, et pas seulement en Paca. En revanche, si vous voulez être sûrs que personne ne soutient la politique gouvernementale, alors il faut voter pour le RN", a martelé la candidate à la présidentielle de 2022. 

Si elle dénonce certains Les Républicains qui se sont ralliés à la majorité gouvernementale, la députée du Pas-de-Calais ne ferme pas la porte en revanche à d'autres membres du parti, qui ont dénoncé une telle alliance. Interrogée quant à la possibilité de voir les députés LR Éric Ciotti et Nadine Morano devenir de bons ministres, Marine Le Pen a répondu par l'affirmative. "Mais pourquoi pas? Dépassons les étiquettes, je veux faire un gouvernement d'union nationale, ce n'est pas une question de droite ou de gauche, c'est autre chose que cela", a-t-elle assuré, estimant que les deux élus étaient "plus proches" d'elle que d'Emmanuel Macron. "J'ai besoin de gens qui aiment la France et qui veulent donner leur énergie, convictions, temps et compétences pour la France, c'est ma seule condition", a-t-elle ajouté.

La veille, le candidat RN aux régionales en Paca, l'ex-LR Thierry Mariani leur avait déjà lancé un appel. "Je constate qu'aux Républicains, il y a quelques-uns encore qui sont cohérents, Ciotti, Morano, Peltier", avait-il déclaré sur BFMTV, ajoutant qu'il n'aurait "aucun problème" à gouverner avec ces derniers. 

Ce dernier a néanmoins assuré mardi matin sur RTL que s'il était élu en Paca, il ne rejoindrait pas un gouvernement sous Marine Le Pen. "Je resterai à la région. J'ai été ministre, j'en ai rêvé. Je remercie Nicolas Sarkozy qui m'a nommé. Ca a été une expérience extraordinaire. Maintenant, je suis passé à autre chose. La vie tourne (...) C'est évident que ce sera le conseil régional à temps plein", a-t-il expliqué. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.