Enseignants, gendarmes... Les masques distribués aux fonctionnaires sont-ils toxiques?

Enseignants, gendarmes... Les masques distribués aux fonctionnaires sont-ils toxiques?
Emmanuel Macron avait lui aussi porté ce type de masque lors d'un déplacement, le 8 septembre dernier

, publié le mercredi 21 octobre 2020 à 10h50

Selon le site Reporterre, des masques de la marque Dim sont traités avec un agent biocide, autorisé par la réglementation européenne, mais dont la toxicité fait débat. Les autorités ont indiqué appliquer le "principe de précaution" sur les équipements de protection, qui ont été distribués à de nombreux agents.

Le ministère de l'Education nationale a suspendu la distribution aux enseignants des masques de la marque Dim, que le site Reporterre accuse d'être traités avec un produit toxique, en attendant les résultats d'une expertise, selon un syndicat et le gouvernement.

Selon Reporterre, ces masques distribués par le ministère aux enseignants français depuis la rentrée de septembre sont traités à la zéolithe d'argent, un biocide considéré comme toxique. Ces masques ont aussi été distribués aux gendarmes, ainsi qu'aux personnels de certaines ministères et associations.

"Dans l'attente des résultats de l'expertise attendus milieu ou fin de semaine prochaine, le ministère de l'Education nationale a annoncé mardi suspendre la distribution aux enseignants de ces masques controversés", a expliqué le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire. Ils seront remplacés par "d'autres masques en tissu à partir de la rentrée du 2 novembre, après les vacances de la Toussaint, si ces analyses sont mauvaises", a-t-il ajouté.


Le ministère a confirmé la suspension de la distribution de ces masques dans l'attente des résultats de l'expertise en cours. Si les analyses de l'expertise sont bonnes, les enseignants garderont les masques actuels. Interrogé la semaine dernière sur l'éventuelle toxicité de ces masques, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer avait indiqué que "c'est une information surprenante qui mérite une vérification". L'entreprise DIM a réagi, affirmant  que leurs masques ne présentent "pas de risque pour la santé humaine".


Selon Le Parisien, un avis de l'Anses a été sollicité sur la question."Ces masques respectent la réglementation européenne et le traitement à la zéolite d'argent et de cuivre pour prévenir le développement des bactéries est autorisé", précise ainsi une source du gouvernement dans les colonnes du quotidien. "Des travaux de recherche ont mené à la réévaluation de la toxicité de ce produit, qui est toujours en cours", précise t-on toutefois.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.