Enseignant tué à Conflans-Sainte-Honorine : Jean-Michel Blanquer annonce un "cadrage strict" dès le 2 novembre

Enseignant tué à Conflans-Sainte-Honorine : Jean-Michel Blanquer annonce un "cadrage strict" dès le 2 novembre
©Panoramic

publié le samedi 17 octobre 2020 à 12h25

"C'est la République qui est attaquée" avec "l'assassinat ignoble de l'un de ses serviteurs". Ces mots sont ceux de Jean-Michel Blanquer, vendredi 16 octobre, après l'attaque perpétrée à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. Un professeur d'histoire-géographie de 47 ans, enseignant au collège du Bois-d'Aulne, a été décapité par un assaillant de 18 ans, né à Moscou et d'origine tchétchène, selon les premiers éléments de l'enquête.

Sur Twitter, le ministre de l'Éducation nationale avait estimé que "notre unité et notre fermeté sont les seules réponses face à la monstruosité du terrorisme islamiste.

Nous ferons face". Samedi 17 octobre, dans la matinée, Jean-Michel Blanquer a reçu les syndicats d'enseignants ainsi que des parents d'élèves. Il était accompagné du Premier ministre Jean Castex. Ce dernier a notamment exprimé tout son soutien au corps enseignant : "Dans nos écoles, collèges, lycées, partout, nos enseignants continueront à éveiller l'esprit critique des citoyens de la République, à les émanciper de tous les totalitarismes et de tous les obscurantismes. Et nous serons là, avec eux : je l'ai dit ce matin à leurs représentants."

Lors d'une conférence de presse à la mi-journée, Jean-Michel Blanquer a fait savoir que des discussions allaient avoir lieu sur les prochaines semaines afin de "définir une stratégie républicaine" qui puisse permettre de répondre à l'"acte odieux" perpétré la veille. Ces discussions se feront en concertation avec "toutes les parties prenantes de l'Éducation nationale". Le ministre a également estimé que l'assassinat de ce professeur prenait ses "racines" dans "la haine de la République".




"Il y a clairement des ennemis de la République, contre la République et donc contre l'école, parce que l'école, c'est la colonne vertébrale de la République. C'est pourquoi notre réaction doit être à la hauteur", a-t-il insisté. "Il y aura un cadrage strict national, puissant, pour la rentrée", a par ailleurs précisé Jean-Michel Blanquer. "C'est la laïcité qui est le socle de nos valeurs, c'est une clé, qui nous permet d'être différents dans notre société." Il a également fait savoir que l'accent, après les vacances de la Toussaint, devra être mis sur davantage de pédagogie. Dès le 2 novembre, de nombreux hommages seront rendus au professeur dans les écoles avec, notamment, une minute de silence.

Selon les informations de BFMTV et du Point, un conseil de défense aura lieu à l'Élysée d'ici à dimanche soir qui sera consacré à l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine.




 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.