En France comme à l'étranger, «la transphobie tue»

En France comme à l'étranger, «la transphobie tue»

Des manifestant.e.s lors de l'Existrans, marche annuelle des personnes trans et intersexuées, le 17 octobre 2015 à Paris.

A lire aussi

Libération, publié le lundi 20 novembre 2017 à 12h35

Elle s'appelait Ally Lee Steinfeld. Elle avait 17 ans et vivait à Houston, une localité rurale de 2 000 âmes dans le Missouri. Comme toutes les ados de son âge, elle allait au lycée et elle aimait publier des selfies avec les filtres du moment sur Instagram. Ally Lee avait aussi fait son coming out trans récemment : elle en était fière et s'en félicitait sur les réseaux sociaux. C'était avant que des «amis» ne mettent fin à ses jours début septembre. Trois semaines après sa disparition, ses restes calcinés ont été découverts à côté du mobile-home de sa petite amie, Briana Calderas. La jeune femme de 24 ans, et deux autres ados, ont dans la foulée avoué le meurtre sordide d'Ally Lee tandis que les autorités ont, elles, refusé de parler de crime de haine.

Pourtant…

Lire la suite sur Libération

 
1 commentaire - En France comme à l'étranger, «la transphobie tue»
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]