En appel, la défense de Cahuzac encore tirée par les cheveux

En appel, la défense de Cahuzac encore tirée par les cheveux

Paris, le 12 février 2018. Palais de Justice. Cour d'appel de Paris. Ouverture du procès de Jérôme Cahuzac (centre), ancien ministre du Budget du gouvernement Hollande, condamné à 3 années de prison pour fraude ...

A lire aussi

Libération, publié le mardi 13 février 2018 à 21h26

Jérôme Cahuzac ne souhaite pas se retrouver derrière les barreaux, et on le comprend. Condamné à trois ans de prison ferme en première instance, le ministre déchu du Budget tente tout naturellement sa chance en appel, depuis lundi. Il a d'autant plus raison de le faire que sa future ex-épouse, Patricia Cahuzac, qui en avait fait autant que lui, sinon plus, en termes de chirurgie capillaire avec honoraires planqués en Suisse, n'a écopé que de deux ans de détention - peine aménageable sans passer par la case prison. Elle s'est tout aussi naturellement abstenue de faire appel, la cour s'épargnant ainsi les règlements de comptes à la barre entre divorcés.

Si Jérôme Cahuzac a pris plus cher en première instance, c'est uniquement en sa qualité de responsable politique,…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - En appel, la défense de Cahuzac encore tirée par les cheveux
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]