Emmanuel Macron : son nouvel "hommage" à Nicolas Sarkozy

Emmanuel Macron : son nouvel "hommage" à Nicolas Sarkozy ©Panoramic
A lire aussi

, publié le mercredi 23 décembre 2020 à 17h35

Dans le long entretien qu'il a accordé à l'Express, Emmanuel Macron se tourne déjà vers 2022 en faisant autant de références à la gauche qu'à l'un de ses prédécesseurs. 

C'est de notoriété publique, depuis plusieurs mois, les rapports entre Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy sont des plus cordiaux. Et même si entre le mois de juin et la fin de l'été, le chef de l'Etat semblait s'être démarqué de l'un de ses prédécesseurs au poste, il continue de marcher dans ses pas.

Sa dernière interview fleuve dans l'Express en fait encore la preuve, comme l'ont remarqué de nombreux observateurs. Car Emmanuel Macron est revenu notamment sur un des sujets phares, mais également très controversé, du quinquennat de Nicolas Sarkozy : l'identité nationale. "Au fond, l'intuition, de Nicolas Sarkozy il y a dix ans était bonne même s'il me semble que la formule 'd'identité nationale' était trop sujette à polémique", lance-t-il chez nos confères. 



Le président est revenu dans le même temps sur une question délicate : qu'est-ce qu'être français ? "L'interrogation à laquelle nous devons répondre est à la fois simple et difficile (...) Le doute est nourri de phénomènes qui, comme les migrations, ont créé une forme 'd'insécurité culturelle' et qui conduit à se demander qu'est-ce qu'être français", ajoute Emmanuel Macron dans l'Express. 

Un hommage ? 

Mais surtout, comme le fait remarquer Le Parisien, ce sont ses propos sur la crise d'autorité qui semblent fortement empruntés à Nicolas Sarkozy, ce qui tend à montrer l'influence que ce dernier a pu avoir sur le président actuel. "Cette société qui s'horizontalise, ce nivellement complet, crée une crise de l'autorité", avance Emmanuel Macron qui parle également d' "écrasement des hiérarchies". Pour rappel, invité sur le plateau de TF1 en juillet, Nicolas Sarkozy avait dit : "Aujourd'hui, la mode est de parler de l'horizontalité, moi je ne crois qu'à la verticalité. Une société démocratique ne peut pas fonctionner sans autorité, ce n'est pas possible." 

Un véritable "hommage" pour les anciens proches de Nicolas Sarkozy à commencer par Brice Hortefeux, qui avait occupé le poste de ministre de l'Immigration, de l'intégration, de l'Identité nationale et du développement solidaire. Même si l'ancien ministre ne se leurre pas et n'élude pas le fait qu'Emmanuel Macron ait des arrière-pensées, il redoute que ces "hommages, clins d'œil, sourires au coin" se poursuivent "pour finir en appel de pied aux électeurs sarkozystes"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.