Emmanuel Macron : "On prendra les décisions qu'on doit prendre"

Emmanuel Macron : "On prendra les décisions qu'on doit prendre"©YOAN VALAT / POOL / AFP

publié le mercredi 17 mars 2021 à 19h50

Le président de la République a assuré aux soignant que le gouvernement n'hésiterait pas à prendre de nouvelles mesures pour enrayer l'épidémie de Covid-19, qui repart à la hausse.

"On prendra les décisions qu'on doit prendre" face à l'épidémie de Covid-19, a affirmé mercredi 17 mars Emmanuel Macron à des soignants du centre hospitalier de Poissy/Saint-Germain-en Laye (Yvelines).


Le chef de l'Etat a précisé que ces mesures seraient "pragmatiques, proportionnées et territorialisées", et qu'elles "correspondent à la vie de l'épidémie", afin de "protéger les plus vulnérables et les soignants", a déclaré le chef de l'Etat devant une douzaine de soignants du service de réanimation.

Après avoir présidé dans la matinée un Conseil de défense sanitaire, Emmanuel Macron a débuté sa visite à Poissy en faisant un point de la situation, en compagnie du ministre de la Santé Olivier Véran, avec des responsables de cet hôpital de plus de 1.200 lits et de l'Agence régionale de santé (ARS). Il s'est ensuite rendu dans les services de réanimation et de soins intensifs.

Mathieu, l'un des médecins, a expliqué au président que la situation actuelle était "inquiétante" avec l'hospitalisation de "patients un peu plus jeunes" dans "un état plus grave".

Il a par ailleurs souligné que la vaccination représentait, pour les soignants, "la lueur d'espoir" à laquelle il s'accrochait.

"Moi aussi", a répondu Emmanuel Macron. 42% des personnels du centre hospitalier ont été vaccinés, a indiqué l'une de ses responsables à Emmanuel Macron. Le service de réanimation du centre hospitalier comporte 20 lits, contre 14 habituellement: huit des 12 lits réservés aux patients atteints du Covid sont occupés, et 6 lits des 8 pour les "non-Covid". 

"On a un peu poussé les murs", a expliqué le professeur Jan Hayon, chef du pôle chirurgie-anesthésie-réanimation, en soulignant n'avoir "pas dormi depuis hier (mardi) matin car la pression reste "forte" même si la tendance est "à peu près stable" ces derniers jours. Le centre hospitalier intercommunal de Poissy/Saint-Germain-en-Laye est réparti sur deux principaux sites situés dans ces deux villes à une vingtaine de kilomètres de Paris. Il compte 3.190 professionnels et sa capacité est d'environ 1.209 lits et places.


A l'issue de cette visite, le président doit s'entretenir en visioconférence avec dix maires à la mairie de Poissy, dont celui de la ville Karl Olive (DVD), ainsi que ceux de Versailles, des Mureaux, de Mantes-la-Ville (Yvelines) mais aussi ceux de La Clusaz (Haute-Savoie), de Touillon-et-Loutelet (Doubs) et de Ploemeur (Morbihan). 

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse (ex-LR), a regretté de ne pas avoir été conviée à la visite, réclamant d'être consultée sur les nouvelles mesures envisagées.

Le Premier ministre Jean Castex a déclaré mardi 16 mars sur BFMTV que le moment était "venu pour envisager des dispositions pour la région francilienne", en précisant que le reconfinement pendant le week-end était "une hypothèse". Des restrictions supplémentaires doivent être également annoncées pour les Hauts-de-France où la situation sanitaire est également tendue mais pas en Provence-Alpes-Côte d'Azur.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.