Emmanuel Macron giflé : Jean-Luc Mélenchon se dit "solidaire du président"

Emmanuel Macron giflé : Jean-Luc Mélenchon se dit "solidaire du président"
Jean-Luc Mélenchon, le 14 janvier 2021 à Paris.

publié le mardi 08 juin 2021 à 15h15

Le chef de l'État a été frappé par un homme mardi lors d'un déplacement à Tain-l'Hermitage, dans la Drôme. Le chef de file de La France insoumise (LFI) a immédiatement exprimé son soutien. 

La vidéo fait le tour des médias et des réseaux sociaux.

Mardi 8 juin, en marge d'une rencontre avec des professionnels de la restauration dans la Drôme, Emmanuel Macron a été giflé dans la rue, alors qu'il allait rencontrer des personnes massées derrière une barrière. 

Plusieurs personnalités politiques ont réagi à cette agression, parmi lesquelles Jean-Luc Mélenchon, qui a été l'un des premiers à s'exprimer. "Cette fois-ci vous commencez à comprendre que les violents passent à l'acte ? Je suis solidaire du Président", a écrit le candidat à la présidentielle de 2022 sur Twitter, quelques minutes après l'incident. 




Quelques minutes avant son agression, Emmanuel Macron avait appelé "tout le monde au respect et au calme" pour ne pas fragiliser la démocratie, après la polémique déclenchée par Jean-Luc Mélenchon et la vidéo de menace de mort visant LFI. 

Le député des Bouches-du-Rhône est accusé de complotisme après ses propos de dimanche. "Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. Ça a été Merah en 2012 (auteur jihadiste des tueries de Toulouse et de Montauban, notamment dans une école juive), ça a été l'attentat la dernière semaine sur les Champs-Élysées (en 2017, un jihadiste assassine le policier Xavier Jugelé). Avant, on avait eu Papy Voise (Paul Voise, un retraité agressé chez lui à Orléans en avril 2002), dont plus personne n'a jamais entendu parler après. Tout ça, c'est écrit d'avance", a déclaré le chef des Insoumis dans l'émission "Questions politiques" (France Inter/Le Monde/Franceinfo). Ces propos ont aussitôt provoqué l'indignation, dans la classe politique mais aussi auprès de proches de victimes d'attentats. 

Lundi, Jean-Luc Mélenchon a annoncé porter plainte après la diffusion d'une vidéo du youtubeur "Papacito", mettant en scène une attaque armée fictive contre un électeur de LFI

Vos réactions doivent respecter nos CGU.