Embauche des proches : les manigances de députés LREM

Embauche des proches : les manigances de députés LREM©Panoramic

, publié le mercredi 08 novembre 2017 à 20h15

La loi sur la moralisation de la vie publique entre en vigueur en décembre. Mais certains députés LREM auraient trouvé la parade pour faire embaucher quand même leurs proches, révèle Street Press.

Et si un député pouvait quand même faire embaucher l'un de ses proches ? La loi sur la moralisation de la vie publique doit entrer en vigueur le 15 décembre.

Dans les faits, elle interdit les emplois familiaux au Parlement (conjoints et enfants), sous peine de 45 000 euros d'amende et de trois ans d'emprisonnement. Mais selon le site Street Press, cela n'empêcherait pas des « petits arrangements entre amis » parmi les élus de la majorité. Certains députés auraient trouvé un petit stratagème pour détourner cette interdiction : ils s'adonneraient à des « embauches croisées ».

Rien de bien compliqué, semble-t-il. Un parlementaire fait embaucher un parent par un autre parlementaire « ami ». Ainsi, Street Press détaille le nom d'élus qui usent de cette ruse. On retrouve le député de Moselle Christophe Arend qui emploie la fille de sa collègue de Moselle, Nicole Trisse. Ou encore Bertrand Sorre, député de la Manche, qui emploie la fille de Patrick Vignal, député de l'Hérault. Street Press évoque même un cas bien particulier, celui de Valérie Bazin-Malgras. L'élue dans l'Aube s'est attaché les services de la fille de la belle-fille de Jean-Claude Mathis, député sortant, et devenu suppléant de Valérie Bazin-Malgras après l'avoir adoubée.
Tous ces députés ont voté la loi pour la moralisation de la vie publique. Et même si ces pratiques sont tolérées, ces élus devront déclarer tous ces emplois au bureau de l'Assemblée avant le 15 décembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.