Elections régionales : "dimanche, je vote Julien Bayou", déclare Lionel Jospin

Elections régionales : "dimanche, je vote Julien Bayou", déclare Lionel Jospin
Lionel Jospin le 30 septembre 2019 à Paris.

publié le vendredi 25 juin 2021 à 11h21

L'ancien Premier ministre, retiré de la vie politique, a affiché son soutien à la liste de gauche de Julien Bayou alors que deux ex-ténors du PS Jean-Paul Huchon et Manuel Valls ont choisi Valérie Pécresse. 

Julien Bayou peut quand même compter sur Lionel Jospin. Alors que deux anciens poids-lourds du Parti socialiste, Jean-Paul Huchon et Manuel Valls ont appelé cette semaine à voter pour la candidate de droite Valérie Pécresse, l'ancien Premier ministre a lui choisi la liste d'union de la gauche, emmenée par Julien Bayou (EELV), allié à Audrey Pulvar (PS) et Clémentine Autain (LFI/PC).

C'est le journaliste du Monde Denis Cosnard qui a révélé l'information jeudi 24 juin sur Twitter. 


"Lionel Jospin s'engage dans les régionales en Île-de-France. Il appelle à voter pour l'union de la gauche menée par Julien Bayou. Les deux hommes doivent se voir demain. Une riposte aux attaques de Jean-Paul Huchon qui roule, lui, pour Valérie Pécresse", écrit le journaliste. Un soutien confirmé par l'AFP. Lionel Jospin, figure de proue de la gauche plurielle, a soutenu la liste d'union dans un texte que l'agence de presse a pu consulter. "Dimanche, je vote Julien Bayou", écrit l'ancien Premier ministre PS, pour qui "la gauche et les écologistes sont en capacité de diriger à nouveau notre région". "Demain comme hier, l'avenir se construira autour de majorités plurielles engagées pour les valeurs républicaines, la transition écologique et contre les inégalités sociales", a ajouté Lionel Jospin aujourd'hui retiré de la vie politique.

L'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls a lui jugé que "l'alliance avec le parti de Jean-Luc Mélenchon est une faute politique et morale". Jean-Paul Huchon, ex-président socialiste de l'Île-de-France (1998-2015) a lui aussi averti qu'il voterait "sans hésitation Valérie Pécresse", pour contrer une "alliance baroque", provoquant l'irritation de Clémentine Autain, qui a fustigé une "déchéance". Des ralliements inattendus qui soulignent les dissensions au sein de la gauche alors que François Hollande, Ségolène Royal ou encore Olivier Faure ont appelé à voter pour la liste de Julien Bayou. 

 

"Les gauches sont parfaitement réconciliables" a notamment écrit l'ex-ministre de l'Ecologie sur Twitter. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.