EELV: Sandrine Rousseau troisième candidate à la primaire pour la présidentielle

EELV: Sandrine Rousseau troisième candidate à la primaire pour la présidentielle
L'ancienne vice-présidente de la région Hauts-de-France et responsable d'EELV Sandrine Rousseau, le 12 février 2016 à Paris
A lire aussi

, publié le lundi 26 octobre 2020 à 13h42

L'ancienne vice-présidente de la région Hauts-de-France et responsable d'EELV Sandrine Rousseau, qui avait quitté la vie politique en 2017 après l'affaire Baupin, a annoncé lundi aux militants du parti être candidate à la primaire de 2021 pour la présidentielle.

L'eurodéputé Yannick Jadot et le maire de Grenoble Eric Piolle ont déjà annoncé leur intention de concourir.

Sandrine Rousseau avait décidé de quitter le parti parce qu'il était "difficile de rester dans une structure dans laquelle des violences sexuelles ont été dénoncées", explique Sandrine Rousseau dans une lettre envoyée aux militants, dont l'AFP a obtenu copie.

Elle fait référence aux accusations d'agressions et harcèlement sexuels qu'elle et plusieurs autres femmes du parti avaient formulées contre l'ancien député de Paris Denis Baupin, dans la presse en 2016. L'affaire, prescrite, avait été classée sans suite mais un procès en diffamation intenté par M. Baupin en avril 2019 avait débouché sur sa condamnation pour procédure abusive.

"Je reviens avec l'envie de me porter candidate à la primaire des écologistes pour la prochaine élection présidentielle (de 2022)", qui se tiendra entre juin et septembre 2021, déclare Sandrine Rousseau dans sa lettre lundi, confirmant une information du Figaro.

"Moi qui prétendais aider les femmes, quel message au fond leur envoyais-je en délaissant le terrain politique auquel j'avais pourtant choisi de consacrer une partie considérable de ma vie?", explique l'ancienne secrétaire nationale adjointe et porte-parole d'EELV.

"Au cours de ces trois dernières années, je suis restée écologiste, économiste, toujours spécialiste de l'économie de l'environnement", assure celle qui a aussi fondé une association de lutte contre les violences sexuelles et sexistes, "Parler".

"L'heure doit venir pour l'écologie d'accéder au pouvoir. Pour mieux le changer mais aussi pour déployer une exigence de transformation émancipatrice, plurielle, imaginative et créatrice", ajoute Sandrine Rousseau.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.