Éducation nationale : la mobilisation des enseignants "basée sur des intoxications", selon Jean-Michel Blanquer

Éducation nationale : la mobilisation des enseignants "basée sur des intoxications", selon Jean-Michel Blanquer
Jean-Michel Blanquer, à l'Assemblée nationale, le 26 mars 2019.

, publié le dimanche 31 mars 2019 à 19h42

"Ce qui est important en démocratie, c'est que le débat se base sur des informations justes", insiste le ministre.

Non, "les directeurs d'écoles ne sont pas menacés", assure le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, dimanche sur franceinfo, alors que les manifestations des enseignants contre la politique éducative du gouvernement ont rassemblé quelque 36.000 personnes, samedi 30 mars. 



Jean-Michel Blanquer dénonce une "mobilisation basée sur des intoxications données par certains". "Les directeurs d'école ne sont pas menacés. C'est tout le contraire", assure le ministre qui affirme : "Les positions que nous prenons ouvrent la voie à une reconsidération pour les directeurs d'école."

Les syndicats inquiets

Les inquiétudes des manifestants font suite à l'introduction d'un amendement qui donnerait naissance à des "établissements publics des savoirs fondamentaux", rassemblant collège et école d'un même secteur. 

Le texte a été voté le 19 février par l'Assemblée nationale et doit encore passer en mai devant le Sénat. Mais ces regroupements ne seraient "pas imposés", d'après une interview au Parisien du ministre.

"Ce qui est important en démocratie, c'est que le débat se base sur des informations justes", rappelle Jean-Michel Blanquer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.