Edouard Philippe, sur Ségolène Royal : "La diplomatie, c'est une mission. La politique, c'en est une autre"

Edouard Philippe, sur Ségolène Royal : "La diplomatie, c'est une mission. La politique, c'en est une autre"
Edouard Philippe, le 15 janvier 2020, à Paris

, publié le mercredi 15 janvier 2020 à 15h25

Le Premier ministre a appelé l'ancienne ministre à la "clarté" sur sa fonction d'ambassadrice des pôles, évoquant ses manquements récents à son "obligation de réserve".

"Dans la matière, je pense que la clarté sera utile". A l'occasion d'un point-presse organisé à l'issue du conseil des ministres, Edouard Philippe s'est exprimé à propos de la polémique autour de Ségolène Royal, qui s'est dite "licenciée" de son poste d'ambassadrice des pôles. L'ancienne candidate à l'élection présidentielle avait multiplié ses critiques à l'égard de l'exécutif, lui valant plusieurs rappels à l'ordre du gouvernement, relatifs au devoir de réserve lié à ses fonctions officielles.


"Nous avons demandé à Mme Royal quelle était sa position sur cette nécessaire obligation de réserve et le respect qu'elle doit à cette obligation de réserve.

Elle fera sans doute valoir ses observations et nous aurons l'occasion de prendre une décision", a commenté le Premier ministre mercredi 15 janvier, et de conclure : "La diplomatie c'est une mission, la politique, c'en est une autre".

Entre l'ambassadrice des pôles et l'exécutif, cela faisait des semaines que le feu couvait. En cause: les vives critiques de l'ex-ministre socialiste envers la politique sociale du gouvernement, Ségolène Royal n'hésitant pas à fustiger "l'égo machiste" de l'exécutif sur la réforme des retraites. Ou encore, en allusion aux 'gilets jaunes', à parler de "désordre" ou de "sentiment d'abandon absolument réel" chez les Français, qui "ne comprennent plus la cohérence des réformes tous azimuts".

Ce mercredi 15 janvier, le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire sur les moyens mis à disposition de Ségolène Royal dans le cadre de sa fonction d'ambassadrice des pôles. "Rien de nouveau", répond l'ancienne ministre, qui a promis de fournir prochainement "toutes les explications" sur sa page Facebook.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.