Édouard Philippe : "Si un membre du gouvernement est mis en examen, il devra démissionner"

Édouard Philippe : "Si un membre du gouvernement est mis en examen, il devra démissionner"
Le Premier ministre Edouard Philippe quittant le palais de l'Élysée, le 7 août 2017

Orange avec AFP, publié le mercredi 09 août 2017 à 11h30

À quelques heures du départ en vacances, le chef du gouvernement a accordé une interview à RTL dans laquelle il est revenu sur les affaires dans laquelle est impliquée la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

L'heure est à l'exemplarité. Edouard Philippe l'a rappelé mercredi 9 août, au micro de RTL.

Interrogé sur le cas de Muriel Pénicaud, fragilisée par des révélations sur une plus-value boursière chez Danone, le locataire de Matignon a réaffirmé son soutien à la ministre, qui, selon lui, s'est exprimée "de façon extrêmement clair et extrêmement ferme sur ces faits et sur l'enquête en cours". Un soutien, oui, mais pas un blanc-seing. "J'ai expliqué dès que j'ai pris mes fonctions que je fixais à l'ensemble des membres du gouvernement une règle d'une très grande clarté consistant à dire que  si un membre du gouvernement était mis en examen, il était conduit à démissionner immédiatement", a-t-il tenu à rappeler. 



"C'est clair, c'est formulé de façon très clame. C'est une règle précise et elle sera respectée", a fait valoir le Premier ministre. Après avoir été embourbée dans l'affaire Business France, l'ex-directrice des ressources humaines de Danone est embarrassée par une autre révélation. Le quotidien L'Humanité a dévoilé le 26 juillet que la ministre avait réalisé une plus-value de 1,13 million d'euros en 2013, au moment même où un plan social frappait 900 salariés du groupe agroalimentaire. Une pratique certes légale mais qui entache son image, en pleins débats sur la moralisation de la vie politique française et sur fond de polémique sur les coupes budgétaires annoncées par l'exécutif.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.