Édith Cresson, Première ministre il y a 27 ans, se réjouit de garder sa voiture de fonction

Édith Cresson, Première ministre il y a 27 ans, se réjouit de garder sa voiture de fonction
Édith Cresson à Paris, le 1er juillet 2018.

, publié le mardi 24 septembre 2019 à 16h37

Première ministre pendant une petite année au début des années 1990, Édith Cresson a qualifié de "décision raisonnable" le maintien de l'essentiel des privilèges des anciens chefs du gouvernement, comme l'octroi à vie d'une voiture de fonction avec chauffeur.

Édith Cresson a quitté sa fonction de Première ministre le 2 avril 1992. Mais depuis 27 ans, elle n'a jamais abandonné sa voiture de fonction avec chauffeur.

Et elle ne la quittera pas. Heureusement, car "ça permet de se rendre aux manifestations officielles, comme le 14 juillet, par exemple", a-t-elle expliqué au magazine Capital.


Au nom de sa promesse, faite en février dernier, en plein mouvement des gilets jaunes, de revenir sur les avantages accordés à ses prédécesseurs, l'actuel Premier ministre Édouard Philippe a limité à dix ans la mise à leur disposition d'un secrétaire particulier, via un décret publié au Journal officiel ce 22 septembre.


Mais contrairement à ce qui avait été évoqué, les anciens Premiers ministres ne se sont pas vus retirer leur voiture de fonction avec chauffeur, attribuée à vie aux frais de l'État. "Une décision raisonnable", a estimé Édith Cresson.

"Je ne peux juger que de mon cas personnel", a poursuivi celle qui avait dirigé le gouvernement de mai 1991 à avril 1992, sous la présidence de François Mitterrand, "mais c'est utile. Je travaille à temps complet à la tête de la Fondation pour les écoles de la deuxième chance. Donc, oui, c'est une bonne chose que je puisse continuer à compter sur mon assistante."
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.