Ecoles ouvertes "par territoire", télétravail prolongé : les précisions d'Edouard Philippe

Ecoles ouvertes "par territoire", télétravail prolongé : les précisions d'Edouard Philippe
Edouard Philippe, le 19 avril 2020, à Paris

, publié le dimanche 19 avril 2020 à 20h45

Le Premier ministre l'a indiqué : le 11 mai ne marquera pas la date du "déconfinement", mais plutôt le début d'une "nouvelle phase".

S'il n'a pas présenté dans le détail le plan du gouvernement, qui sera dévoilé "dans les 15 prochains jours", le Premier ministre a évoqué les "grandes lignes" du projet de redémarrage de l'activité en France, lors d'un point de situation dimanche 19 avril à Matignon.

Sur la question des déplacements à titre professionnel, Edouard Philippe a appelé à la poursuite du télétravail après le 11 mai "dans toute la mesure possible". "Beaucoup de nos concitoyens se sont mis (...) au télétravail, beaucoup peuvent le faire, beaucoup ont pu profiter de cette possibilité. Il va falloir que ce télétravail se poursuive dans toute la mesure du possible", a indique le chef du gouvernement.


"Et puis quand il n'est pas possible, et il y a beaucoup d'activité où il n'est pas du tout possible de faire du télétravail, il va falloir que les règles d'organisation de l'entreprise respectent ces mesures de gestes barrière et de distanciation sociale", a-t-il ajouté.

"Nous devons commencer à rouvrir les écoles"

Sur la question scolaire, le gouvernement réfléchit notamment à une réouverture des écoles "par territoire", ou bien "par moitié de classe". "Nous devons travailler sur toutes les hypothèses", a expliqué le Premier ministre en conférence de presse, en précisant qu'il n'y avait "pas de décision à ce stade". Les maires et les syndicats d'enseignants seront associées au plan de déconfinement actuellement élaboré par le gouvernement, a-t-il affirmé.

"Nous devons commencer à rouvrir les écoles", a déclaré le Premier ministre, notamment parce que "5 à 10%" des élèves sont actuellement "privés de tout contact avec l'école" malgré l'enseignement à distance. "C'est dangereux pour la cohésion de la Nation, aujourd'hui et demain." Pour cela, le gouvernement travaille à plusieurs scenarii, par exemple en échelonnant le retour en classe par territoire.



"Dans certains départements, il n'y a eu quasiment aucun cas (de Covid-19, ndlr) et l'on peut considérer qu'après deux mois de confinement, cette situation sera préservée", a expliqué le Premier ministre. "On peut imaginer que dans ces territoires, l'ouverture se fasse plus rapidement et de façon plus large que là où la situation est plus compliquée." Une autre hypothèse envisagée est celle d'un retour à l'école "par moitié de classe", afin d'alterner "une semaine sur deux" le "lien physique et intellectuel avec le professeur".

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.