DSK : sa petite leçon de politique à Emmanuel Macron

DSK : sa petite leçon de politique à Emmanuel Macron
Dominique Strauss-Kahn à Lille, le 17 février 2015 (archive)
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 05 octobre 2017 à 09h30

L'ancien directeur du FMI et le président de la République se sont croisés mardi 3 octobre à l'occasion d'un hommage rendu à l'ex-ministre Nicole Bricq, décédée cet été. Dominique Strauss-Khan en a profité pour glisser quelques mots, à peine voilés, au chef de l'État sur sa politique "ni de droite, ni de gauche", révèle RTL.




Près de 200 personnalités du monde politique se sont réunies mardi dans les bâtiments du Conseil économique social et environnemental (CESE) pour rendre hommage Nicole Bricq, sénatrice LREM de Seine-et-Marne et ex-ministre sous la quinquennat de François Hollande.

Cette ancienne strauss-kahnienne et soutien d'Emmanuel Macron dès la première heure était décédée brutalement au début du mois d'août, à l'âge de 70 ans, alors qu'elle était encore en fonction.



Tour à tour, Jean-Pierre Chevènement, François Hollande, Dominique Strauss-Kahn et Emmanuel Macron sont montés à la tribune pour saluer la mémoire de l'élue, rapporte L'Opinion. Une fois venu son tour, l'ancien favori de la présidentielle de 2012 plombé par l'affaire du Sofitel, n'a pas manqué de dispenser quelques conseils à l'actuel locataire de l'Élysée.

"Quand on est sûr de ce que l'on pense, on peut faire des compromis avec des adversaires d'hier et peut-être de demain", a-t-il déclaré au cours de son hommage à Nicole Bricq. "Parce qu'elle savait que les valeurs de gauche et les valeurs de droite ne sont pas les mêmes. Les mêler, ce n'est pas les confondre, les faire avancer ensemble, c'est savoir garder leur équilibre".



Un "équilibre" politique que le président n'aurait donc pas encore trouvé, à en croire les insinuations de Dominique Strauss-Kahn. Celui qui est désormais conseiller économique du gouvernement tunisien avait quelque peu surpris par son look décontracté et son attitude "un brin désinvolte", selon le quotidien L'Opinion. S'affichant mardi avec un bouc et les cheveux longs, l'ancien ténor du Parti socialiste avait François Hollande et Emmanuel Macron au micro sans poser un regard sur eux, selon le quotidien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.