Dîners à l'Assemblée : EELV appelle François de Rugy à démissionner

Dîners à l'Assemblée : EELV appelle François de Rugy à démissionner
François de Rugy à Paris, le 10 juillet 2019.

, publié le jeudi 11 juillet 2019 à 13h19

François de Rugy a été "pris en flagrant délit de mensonge" estime Europe Écologie-Les Verts, l'ancien parti du ministre de la Transition écologique. 

Alors que François de Rugy est empêtré dans la polémique de ses dîners gastronomiques lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale, les appels à la démission se multiplient. Après la députée Delphine Batho, c'est le porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts (EELV), Julien Bayou, qui a estimé jeudi 11 juillet que le ministre de la Transition écologique devait quitter le gouvernement.


"J'ai trouvé ses explications (...) particulièrement scandaleuses", a jugé Julien Bayou sur Radio Classique, soulignant les témoignages à Mediapart de l'épouse de François de Rugy et de l'éditorialiste Jean-Michel Aphatie reconnaissant que ces dîners "n'étaient pas professionnels".

"Il a invité ses amis et il prétend le contraire" et "il est pris en flagrant délit de mensonge", a dénoncé Julien Bayou.

Le porte-parole d'EELV juge que son départ "ne sera pas une grosse perte". "On a un problème avec ce gouvernement, c'est qu'il parle écolo mais il est anti-écolo", a encore affirmé Julien Bayou, évoquant le projet du gouvernement de centre commercial à Europa City, près de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, qui "(saccage) les terres agricoles les plus fertiles de France". 


La tête de liste des écologistes aux municipales à Paris en 2020 a également évoqué les dîners d'Emmanuel Macron lorsqu'il était ministre de l'Économie,soit  "120.000 euros en 2016, à coup de deux dîners par soir" pour "préparer sa campagne". "Ça pose la question aussi de ses frais de mandat", a souligné Julien Bayou. 

Sans demander la démission du ministre, l'eurodéputé EELV David Cormand a exprimé jeudi son étonnement. "Quand on a été avec François (de Rugy) à Europe Écologie-Les Verts, ce n'était pas du tout le genre de personnage". "C'est quelqu'un qui est plutôt sobre, parfois un peu trop d'ailleurs". "Je ne sais pas ce qu'il s'est passé en réalité avec son passage à la présidence de l'Assemblée", s'est encore étonné le secrétaire national d'EELV  sur France Inter.

"Ça fait un mal considérable à notre démocratie et je vais vous dire: c'est ça qui me terrorise", a-t-il souligné, regrettant que dans un contexte "de trouble profond de notre modèle de civilisation", "des photos avec des homards et des grands crus" soient diffusées. Il a dénoncé un "climat extrêmement délétère", créé par l'affaire Benalla ou "les petites phrases du président de la République".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.