"Des menaces régulières de me tuer, violer ma fille et moi" : Cécile Duflot confie être harcelée depuis trois ans

"Des menaces régulières de me tuer, violer ma fille et moi" : Cécile Duflot confie être harcelée depuis trois ans
Cécile Duflot, le 6 décembre 2018 à Paris.

publié le mardi 01 décembre 2020 à 12h53

Dans un long message posté mardi 1er décembre sur Twitter, l'ancienne ministre a raconté être harcelée depuis trois ans par un homme jugé déjà à trois reprises par la justice.

Cécile Duflot annonce mardi 1er décembre sur Twitter qu'elle quitte les réseaux sociaux "pour un temps". Et pour cause : l'ancienne ministre confie être harcelée. "Depuis trois ans un homme me harcèle par différents moyens.

Il y a eu trois procès, il est allé en prison. Il vient de rererecommencer", explique-t-elle dans un long message sur Twitter. L'ancienne ministre du Logement de François Hollande précise avoir reçu "des dizaines de messages, même argumentaire et menaces régulières de me tuer, violer ma fille et moi ou se tuer."




Cécile Duflot publie un des messages de son agresseur. "Vous avez Vous avez tellement le cerveau cramé par votre propagande féministe que vous êtes incapable de faire la différence entre un violeur / agresseur et un gars qui vous drague parce qu'il vous aime et qu'il veut se marier avec vous", débute le message. "Si vous ne vouliez pas que j'ai des sentiments pour vous, il ne fallait pas faire de politique, il ne fallait pas faire un métier qui fait que vous avez une notoriété public (publique)", poursuit-il.



L'homme en question avait été condamné le 30 avril 2018 à six mois d'emprisonnement par le tribunal de grande instance de Pontoise pour des centaines de messages envoyés à l'actuelle directrice générale d'Oxfam France, rapporte L'Obs. Âgé d'une vingtaine d'années, le jeune homme, qui avait déjà été rappelé à l'ordre à l'âge de 15 ans pour des faits similaires contre l'actrice Laetitia Milot, avait essayé de la joindre en contactant son entourage et en se déplaçant au siège de sa société. 

"Ce n'est pas simple de parler de cela, même pour moi, mais comme je pense qu'il faut que ce sujet avance, il faut que certains comprennent que ça existe pour de vrai, que les discours à la con infusent sur les esprits fragiles et que le passage à l'acte existe", précise Cécile Duflot ce mardi. 

L'ex-secrétaire nationale d'Europe-Ecologie-Les Verts déplore par ailleurs les termes d'"amoureux" et d'"amour fou qui l'a conduit en prison" utilisés par certains médias pour parler de cette affaire. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.