Des députés veulent que l'antisionisme devienne un délit au même titre que l'antisémitisme

Des députés veulent que l'antisionisme devienne un délit au même titre que l'antisémitisme
L'Assemblée nationale à Paris, le 29 janvier 2019.

Orange avec AFP-Services, publié le lundi 18 février 2019 à 08h21

"On peut critiquer le gouvernement d'Israël, mais pas remettre en cause l'existence même de cet État", estime le député Sylvain Maillard (La République en marche). 

Un groupe de députés de tous bords va proposer que l'antisionisme soit reconnu comme un délit, de la même manière que l'antisémitisme, rapporte franceinfo lundi 18 février. Une initiative lancée dans un contexte de rebond des actes antisémites en France, et quelques jours après des incidents fortement médiatisés, comme la dégradation de portraits de Simone Veil ou l'agression verbale d'Alain Finkielkraut lors d'une manifestation de "gilets jaunes".



"La haine d'Israël est une nouvelle façon d'haïr les juifs", confie à franceinfo le député LREM de Paris, Sylvain Maillard, le président de ce "groupes d'études" qui travaille sur le sujet depuis plusieurs semaines.

"On peut critiquer le gouvernement d'Israël, mais pas remettre en cause l'existence même de cet État, estime-t-il. Personne ne remet en question l'existence de l'État français ou de l'État allemand."


Sylvain Maillard va donc proposer à son groupe d'études deux options. Soit une résolution votée par l'Assemblée nationale et qui marquerait la volonté des députés de voir leur idée transposée dans la loi, soit une véritable proposition de loi, plus longue à mettre en œuvre. La décision sera prise mardi après-midi, la veille du discours d'Emmanuel Macron à l'occasion du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.