Des députés européens bloqués plusieurs heures dans un Thalys Bruxelles-Strasbourg

Des députés européens bloqués plusieurs heures dans un Thalys Bruxelles-Strasbourg
Un Thalys, dans le nord de la France, le 29 août 2017.

Orange avec AFP, publié le lundi 11 juin 2018 à 18h48

Le train qui devait mener les eurodéputés dans la capitale alsacienne pour leur séance plénière mensuelle est resté bloqué plusieurs heures en pleine campagne. Un incident qui donne du grain à moudre aux partisans d'un Parlement unique à Bruxelles.

Chaque mois, les 751 députés européens quittent Bruxelles, en Belgique, où se trouvent les grandes institutions européennes, pour se rendre à Strasbourg, dans le Haut-Rhin, pour assister à leur séance plénière.

Une sortie coûteuse (114 millions d'euros par an, selon la Cour des comptes européenne) et contraignante qui poussent certains à réclamer un Parlement unique dans la capitale belge. La semaine dernière, la chancelière allemande Angela Merkel a mis les pieds dans le plat en estimant que le Parlement européen devait concentrer son travail sur un seul site. La France s'est toujours opposée à cette éventualité.



L'incident de ce lundi 11 juin pourrait-il faire basculer la balance du côté des pro-Bruxelles ? Des eurodéputés et des fonctionnaires européens se rendant dans la capitale alsacienne ont été bloqués dans un Thalys plusieurs heures à la suite à d'une panne d'électricité sur le réseau ferroviaire français.

"Il y a pas mal de collègues qui sont coincés dans le train, dont la porte-parole adjointe du service de presse", a déclaré le porte-parole du parlement européen Jaume Duch Guillot, lors d'une conférence de presse de présentation de la session à Strasbourg. Sur son compte twitter, ladite porte-parole ajointe, Marjory van den Broeke, a fait état de ce retard, photographiant les fonctionnaires sortis du train arrêté dans la campagne française sous un ciel orageux.



"Suite à un problème d'alimentation électrique, le Thalys --reliant Bruxelles à Strasbourg-- enregistre un retard de 240 minutes", a indiqué la compagnie sur son compte Twitter. "



"Des réunions spontanées se sont organisées entre eurodéputés et assistants de différents partis", a raconté à Ouest-France l'assistant d'un député français. Au menu de ces discussion improvisées : la sécurité des drones, l'accord sur le nucléaire iranien, la pollution des poids lourds... et les coûts de ces Bruxelles-Strasbourg mensuels!

Alors qu'il devait arriver à 12h30, pour la séance plénière de 17h, le train est finalement arrivé un peu avant 19h.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU