Des «chattes» et des «berlingots» pour promouvoir le dépistage des cancers gynécologiques

Des «chattes» et des «berlingots» pour promouvoir le dépistage des cancers gynécologiques
«L'Origine du monde», tableau de Gustave Courbet, est exposé depuis 1995 au musée d'Orsay.

Libération, publié le jeudi 10 mai 2018 à 14h31

Chatte, zézette, moule, foufoune, teuch, berlingot, tarte aux poils, abricot, origine du monde... Le sexe féminin a des dizaines de noms, sans doute davantage que celui des hommes (on a en tout cas rarement entendu quelqu'un parler de son «mat» ou de son «asperge» dans une conversation courante, plutôt que de sa «bite» ou son «pénis».). L'association Imagyn (Initiative des malades atteintes de cancers gynécologiques) s'empare de la richesse de la langue et de sa puissance d'évocation, dans un spot visant à inciter les femmes à se rendre chez leur gynécologue une fois par an, pour le dépistage des cancers de l'appareil génital (ovaire, col de l'utérus, etc.). 

«Le niveau d'information reste trop faible et les messages de prévention insuffisants pour que toutes les

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.