Dégradations des permanences de députés LREM: vigilance et condamnation unanime

Dégradations des permanences de députés LREM: vigilance et condamnation unanime
La députée LREM Aurore Bergé (C) s'exprime le 7 mai 2019 à l'Assemblée nationale à Paris

AFP, publié le lundi 29 juillet 2019 à 16h59

La classe politique a dénoncé lundi une nouvelle série de dégradations de permanences de députés LREM, parfois emmurées ou taguées après la ratification du Ceta, voire saccagées comme à Perpignan en marge d'une manifestation de "gilets jaunes". 

Face à ces violences, le ministère de l'Intérieur a demandé une vigilance particulière ce week-end pour les domiciles et permanences des parlementaires. La direction centrale de la sécurité publique a envoyé lundi des "consignes de vigilance" demandant des patrouilles mobiles autour des permanences quelles que soient les couleurs politiques, a indiqué une source policière à l'AFP.

Cibles d'insultes ou de violences au plus fort de la crise des "gilets jaunes" cet hiver, les parlementaires sont de nouveau visés : en particulier les députés LREM ayant voté le 23 juillet en faveur de la ratification du traité de libre-échange entre l'Europe et le Canada (Ceta), controversée au sein même de la majorité.

Plusieurs députés sont nommément visés sur Twitter pour avoir voté pour le Ceta "contre l'avis majoritaire des Français, au détriment de l'environnement, des générations futures", selon un texte partagé sous le hashtag #AfficheTonLREM. D'après un sondage OpinionWay publié lundi, 49% des Français sont opposés au Ceta, contre 26% qui y sont favorables.

Une dizaine de permanences ont été prises pour cible, dont celles de Rémy Rebeyrotte (Saône-et-Loire) dès le lendemain du scrutin avec du fumier, de Jean-Baptiste Moreau à Guéret (Creuse) ou encore Barbara Bessot-Ballot à Vesoul (Haute-Saône).

Dernière en date : la permanence de la député LREM Carole Bureau-Bonnard à Noyon (Oise). Une enquête pour dégradations a été ouverte, a indiqué la gendarmerie. 

"Je ne pourrai jamais me résoudre à cette violence à l'encontre de la démocratie. Ma porte a toujours été ouverte. (...) Ma volonté de résister à toute forme de menace, entière !", a tweeté la parlementaire, qui a voté pour le Ceta.

- "Climat malsain" -

L'attaque la plus spectaculaire a été menée sans lien apparent avec le traité, contre la permanence du député LREM Romain Grau alors qu'il était présent, samedi à Perpignan, à l'occasion d'une marche des "gilets jaunes". Des images montrent des manifestants cassant la vitrine du local, l'un d'eux tentant d'y mettre le feu en présence de l'élu. 

Le parti présidentiel, en première ligne depuis vendredi, a de nouveau dénoncé lundi un "climat malsain et nauséabond" par la voix de la porte-parole de LREM Aurore Bergé. 

"On a presque une dizaine de parlementaires qui ont vu leur permanence être murée, taguée vandalisée, saccagée et on a vu une cohorte de sites internet, de blogs, de réseaux sociaux qui ont désigné un certain nombre de parlementaires en disant clairement qu'il fallait aller les pourchasser", a déploré la députée des Yvelines sur BFMTV.

"Si on veut contraindre les députés par la force (...) alors ce n'est plus du tout une conception démocratique", a-t-elle affirmé, admettant qu'il lui "arrive d'avoir peur".

"Aucune intimidation envers un élu de la Nation ne restera impunie, même sur les réseaux sociaux. Ces actes sont intolérables. De même nous signalerons toutes les incitations à la haine et à la violence au procureur de la République", a condamné sur Twitter le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Les Jeunes agriculteurs de Saint Just - Maignelay (Oise) ont publié sur leur page facebook une photo de la permanence dégradée de Carole Bureau-Bonnard, accompagnée d'un message disant: "Vous avez décidé de sacrifier l'agriculture française et l'écologie au nom du profit! (...) Que voulez-vous voir dans le futur ? (...) Mettre la ferme France sur la paille et supprimer tous les emplois qu'elle génère ?"

"Je ne confonds pas la colère sociale (...) avec les violences de quelques-uns" qui doivent être "réprimées", a réagi sur RTL Olivier Dussopt, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics, en écho au message dimanche du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand. 

Les autres partis ont également soutenu les parlementaires comme EELV, dont le secrétaire national David Cormand a condamné ces actes sur Franceinfo, de même que le sénateur PS Rachid Temal.

"Il est clair que toute attaque portée contre un homme politique, quel que soit son parti, quelles que soient ses idées, est une atteinte à la circulation démocratique", a abondé l'eurodéputé du Rassemblement national Gilbert Collard sur LCI.

Le député Eric Ciotti (LR) a qualifié d'acte "criminel" qui "ne peut rester impuni" l'attaque contre la permanence de Romain Grau.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.