Décriminalisation de la pédophilie : Jack Lang raconte sa "connerie" de 1977

Décriminalisation de la pédophilie : Jack Lang raconte sa "connerie" de 1977
Jack Lang, en juillet 2020, à Strasbourg

, publié le lundi 18 janvier 2021 à 12h35

L'ancien ministre a évoqué la tribune signée avec "une cinquantaine d'intellectuels" en 1977, qui demandait à décriminaliser les actes sexuels avec les mineurs.

"Nous étions portés par une vision libertaire fautive". Interrogé à l'antenne d'Europe 1 lundi 18 janvier, Jack Lang a fait part de ses regrets quant à sa signature dans une tribune vieille de 44 ans, qui demandait la décriminalisation de la pédophilie.

Le texte avait été rédigé lors de l'ouverture du procès de trois hommes jugés pour "attentats à la pudeur sans violence sur mineurs de moins de 15 ans" pour avoir filmé et photographié des victimes âgées de 12 ou 13 ans, lors de jeux sexuels.

La tribune affirmait notamment que "la loi française se contredit lorsqu'elle reconnaît une capacité de discernement à un mineur de 12 ou 13 ans, qu'elle peut juger et condamner alors qu'elle lui refuse cette capacité quand il s'agit de sa vie affective et sexuelle".

"Qu'est-ce que je dois faire? M'immoler devant vous?"

"Cette pétition était une connerie inacceptable", estime Jack Lang. "C'était l'après 68. Nous étions portés par une vision libertaire fautive", a t-il expliqué, défendant toutefois son rôle de "militant permanent" contre les violences sexuelles. "Je combats et j'ai combattu en permanence l'inceste, la pédophilie, cette violence sexuelle. J'ai été un militant permanent en particulier des violences faites aux femmes, j'ai écrit des livres, j'ai réclamé que le viol soit considéré comme un crime, je n'ai pas à me justifier !", a t-il lancé.

"Il se fait qu'un jour, nous sommes une cinquantaine d'intellectuels à avoir écrit une connerie. Qu'est-ce que je dois faire? M'immoler devant vous? On a fait une connerie et basta". "Aujourd'hui, c'est inacceptable et intolérable", a t-il ajouté.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.