Débat : la sortie de l'Otan, seul point d'accord entre Mélenchon et Zemmour

Débat : la sortie de l'Otan, seul point d'accord entre Mélenchon et Zemmour
Jean-Luc Mélenchon (à gauche) et Éric Zemmour (à droite), accompagnés de deux journalistes de BFMTV, à Paris, le 23 septembre 2021.

publié le vendredi 24 septembre 2021 à 08h39

Les deux hommes pensent que la France doit quitter l'Otan, une alliance qui "mène des guerres" et dont les membres doivent "se soumettre".

Un débat de deux heures et un constat tranché : Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon sont en "opposition totale" sur tous les sujets ? Tous ? Non, les deux hommes ont trouvé un point d'accord : la sortie de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan).

"Je ne veux pas qu'on dise qu'en définitive, les idées ne sont qu'une apparence, que nous nous combattrions pour la forme. Les idées sont sérieuses, notre opposition est totale", a asséné Jean-Luc Mélenchon jeudi 23 septembre Jean-Luc Mélenchon en préambule de son débat face à Éric Zemmour, sur BFMTV.

Tous les sujets y sont passés, parfois agrémenté de noms d'oiseaux : sécurité, immigration, économie, climat...

Sans que le candidat de la France insoumise et le polémiste ne tombent d'accord. Sauf en ce qui concerne la nécessaire sortie de l'Otan.


"C'est ma position constante, je pense que nous n'avons rien à faire dans cette alliance militaire, qui d'ailleurs n'a pas de sens : ça a été créé pour faire face à l'URSS. Il n a plus d'URSS, il y a toujours l'Otan", a estimé Jean-Luc Mélenchon. "Ça s'appelle le traité de l'Atlantique Nord, et ça mène des guerres dans des endroits où il n'y a pas d'Atlantique, ni au Nord ni au Sud. C'est le cas de l'Afghanistan et combien d'autres", a-t-il encore déclaré.

"Je dis ça depuis des années aussi, je pense que l'Otan aurait dû se dissoudre en 1990 quand l'URSS a disparu, et quand le Pacte de Varsovie a disparu", a abondé Éric Zemmour. "Nous sommes tout à fait d'accord là-dessus, l'Otan est devenu une machine à servir les pays qui sont soi-disant les pays qui sont les alliés des États-Unis et qui en fait ne sont que leurs obligés et qui doivent se soumettre et même traiter de façon brutale comme on l'a vu dans cette histoire australienne", a ajouté le polémiste, qui ne s'est toujours pas déclaré officiellement candidat à la présidentielle.

Pour Éric Zemmour, la France doit "rechercher des alliances nouvelles" comme avec la Russie, tout en continuant à travailler "avec les Américains, avec les Anglais, avec les Allemands".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.