Dati (LR) appelle à maintenir les élections régionales

Dati (LR) appelle à maintenir les élections régionales
Rachida Dati, maire LR du VIIe arrondissement de Paris, le 29 août 2020 aux journées d'été de LR à La Baule
A lire aussi

, publié le vendredi 23 octobre 2020 à 10h11

Rachida Dati, maire LR du VIIe arrondissement de Paris et ex-ministre, a appelé vendredi à maintenir les élections régionales en mars 2021 pour permettre aux Français de "s'exprimer", dans un contexte de crise où ils en ont "besoin".

Elle a jugé sur franceinfo que, comme dans la gestion de la crise sanitaire, "le gouvernement est totalement dans l'improvisation" et "aurait pu anticiper", car il existe des moyens permettant de maintenir ces élections, y compris dans une telle crise, comme le vote par correspondance, le vote par procuration, le vote électronique ou la révision des lieux d'implantation des bureaux de vote, a-t-elle énuméré.

La campagne pourrait, elle, se faire par des réunions en visioconférences, des rencontres avec des jauges réduites.

"Crise sanitaire, économique, sociale, sécuritaire avec un retour de cette menace terroriste, restrictions des libertés individuelles. Et on veut encore confiner la démocratie?", s'est étonnée l'ancienne ministre.

"Quand un pays est en crise, les citoyens (sont) très inquiets, très éprouvés, ils ont besoin de s'exprimer et la démocratie n'a pas de prix".

Elle a critiqué "l'incompétence, l'impréparation, le manque d'anticipation" du gouvernement, tout en n'excluant pas que la raison de la piste d'un report soit "plus cynique que ça: comme les échéances ne vont pas être très bonnes pour le gouvernement, on saute l'élection".

Mais "enjamber un moment démocratique, c'est extrêmement dangereux", a-t-elle mis en garde.

Le Premier ministre Jean Castex a désigné mercredi Jean-Louis Debré, l'ancien président du Conseil constitutionnel, pour mener une mission qui devra décider, d'ici à la fin de l'année, d'un éventuel report des élections régionales et départementales de mars 2021, alors que la France est entrée dans la deuxième vague de Covid-19.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.