Dates de la présidentielle : Xavier Bertrand dénonce une fuite organisée par le gouvernement

Dates de la présidentielle : Xavier Bertrand dénonce une fuite organisée par le gouvernement
Xavier Bertrand

publié le jeudi 24 juin 2021 à 10h34

Les dates de scrutin de l'élection présidentielle ont été dévoilées par France Télévisions mardi. Le gouvernement ne les a pas démenties. 

L'élection présidentielle de 2022 organisée les 10 et 24 avril ? C'est en tout cas ce qu'a fait savoir mercredi 23 juin l'entourage du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Mardi, France Télévisions avait dévoilé ces dates sans qu'elles soient démenties. Pour Xavier Bertrand, candidat déclaré à la présidentielle, la fuite de ces dates de scrutin a été orchestrée par le gouvernement.




"Ce n'est pas le choix des dates l'an prochain qui m'interpelle, c'est qu'elles aient fuité, comme par hasard, cette semaine", a déclaré jeudi 24 juin au micro de France Inter celui qui est arrivé largement en tête du premier tour des élections régionales dans les Hauts-de-France.

"Je suis intimement convaincu que c'est une façon pour le gouvernement, pour le chef de l'État, de dire que les élections régionales sont déjà derrière nous, que le deuxième tour n'est pas si important que ça, parce que déjà l'élection présidentielle est là, dans moins de 10 mois. Comment vous voulez qu'on se mobilise tous pour dire aux électeurs d'aller voter pour le deuxième, quand on leur dit de façon subliminale que l'élection importante, c'est la présidentielle dans dix mois. C'est une façon d'enjamber ce résultat des élections régionales et départementales", a dénoncé Xavier Bertrand.

Il ne remet pas le choix des dates en cause mais "la fuite". "Tout cela est cousu de fil blanc", a-t-il lâché. 

Des dates confirmées le 30 juin
 Interrogé par l'AFP, l'entourage de Gérald Darmanin a expliqué que "conformément à l'article 7 de la Constitution qui encadre strictement les dates d'élection du président de la république, deux options sont sur la table: 10 et 24 avril ou 17 avril et 1er mai".Toutefois, a-t-on ajouté de même source, "l'option 17 avril et 1er mai compte de nombreux inconvénients: deux zones en vacances pour le premier et le second tour. Par ailleurs, le second tour se tiendrait durant un jour férié au cours duquel des manifestations sont traditionnellement organisées". Les dates du scrutin présidentiel "seront confirmées en conseil des ministres du 30 juin", a-t-on ajouté.

Un mauvais choix pour Marine Le Pen 

Pour Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national et candidate à l'Elysée, il faut "changer ces dates" car elles tombent pendant les vacances et risquent de provoquer à nouveau une démobilisation de l'électorat. "Ces dates ont été choisies, comme toute une série de choses aux régionales, pour détourner les Français d'une élection essentielle", a-t-elle accusé sur France Inter. "Là on met le premier tour le jour où la région Paca et la région Hauts-de-France sont en vacances. Et le deuxième dimanche, tout le monde sera en vacances", a souligné la députée du Pas-de-Calais. "Est-ce que vous croyez (...) que c'est susceptible de mobiliser les électeurs que de positionner un second tour de l'élection présidentielle au moment où la France est en vacances ?", a-t-elle insisté. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.