Critiques sur le non-reconfinement : "C'est facile de refaire le match", répond Richard Ferrand

Critiques sur le non-reconfinement : "C'est facile de refaire le match", répond Richard Ferrand
Richard Ferrand à Crozon, dans le Finistère, le 20 novembre 2020.

publié le mercredi 10 mars 2021 à 11h08

Le président de l'Assemblée nationale a défendu mercredi matin sur BFMTV la stratégie de la France, "qui fait face à cette pandémie, en terme de vie économique et sociale, au moins aussi bien que (ses) principaux voisins".

Malgré les critiques et appels des médecins, l'exécutif se refuse à reconfiner la France malgré un reflux de l'épidémie de Covid-19. "Une erreur politique" pour le généticien et président de la Ligue nationale contre le cancer Axel Kahn, qui a estimé mardi 9 mars sur BFMTV-RMC qu'il aurait fallu prendre des mesures plus strictes dès janvier.

Des critiques balayées mercredi matin sur la même antenne par Richard Ferrand. 




"Ce que je constate, c'est que du 18 décembre jusqu'à récemment, les jeunes Allemands n'allaient pas à l'école, qu'en Italie depuis des mois et des mois dans certains endroits on ne va plus à l'école. Est-ce qu'il y a une propagation moindre du virus? Il semble que non", a le président La République en marche de l'Assemblée nationale. "Il faut considérer que le confinement doit être le dernier recours, lorsque c'est absolument nécessaire", a-t-il estimé.

Pour ce proche d'Emmanuel Macron, il "est un peu facile de refaire le match, de dire 'on aurait dû faire cela'". "Quand j'entends les critiques sur toutes les décisions qui ont été prises, je me demande si on croit que les gens qui décident sont totalement décébrés? Qu'ils font les choses n'importe comment? Je ne le crois pas", a-t-il martelé. 

"La France fait face à cette pandémie, fait face aussi en terme de vie économique, sociale, des enjeux humains, fait face au moins aussi bien que ses principaux voisins", a-t-il assuré. "L'histoire rendra justice à la manière qui a été choisie de faire face dans le temps à cette pandémie", a-t-il conclu.

En Allemagne, la circulation du virus reste tout de même moins forte qu'en France, souligne BFMTV. Selon l'institut Robert Koch, l'Allemagne enregistrait au 5 mars 10.580 cas dans les dernières 24 heures, 264 morts du Covid-19, et un taux d'incidence sur les sept derniers jours de 65 cas pour 100.000 personnes. Le même jour, la France comptait 23.507 nouveaux cas depuis la veille, 43 morts (Ehpad et hôpital), et un taux d'incidence de 218.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.