Crise du Covid-19 : "Il n'y aura pas de hausses d'impôts, mais il faudra d'autres solutions", estime Olivier Véran

Crise du Covid-19 : "Il n'y aura pas de hausses d'impôts, mais il faudra d'autres solutions", estime Olivier Véran
Le ministre de la Santé Olivier Véran lors de la conférence de presse du 26 novembre 2020.

, publié le dimanche 29 novembre 2020 à 07h48

Si le ministre de l'Economie assure dans un entretien croisé au Parisien qu'il n'est pas question de revenir sur les baisses d'impôts, le ministre de la Santé souligne de son côté que l'ensemble des soins Covid creusent le déficit de la Sécurité sociale, et qu'il est "très attaché à ce qu'un équilibre de nos comptes sociaux soit trouvé".




L'économie versus la santé ? Alors que les médias font l'écho de divergences entre eux concernant la gestion de la crise du Covid-19, le ministre de la Santé Olivier Véran et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire ont donné un entretien croisé au Parisien pour assurer qu'il n'en était rien, publié samedi 28 novembre sur le site du quotidien. 




"Nous sommes les deux faces d'une même médaille. On ne peut avoir de sécurité sanitaire sans un système économique robuste.

A l'inverse, un pays qui ne ferait que compter ses malades et ses morts ne pourrait pas regarder vers l'avenir", assure Olivier Véran. "Nous sommes complémentaires", renchérit Bruno Le Maire. "Notre entente est parfaite", assure même le locataire de Bercy, en revenant sur la réouverture des commerces ce week-end qu'il a défendu alors que son collègue se montrait plus réservé. "Bruno Le Maire a toujours eu un sens aigu de la dangerosité du virus et moi une sensibilité à tout ce qui touche à l'économie et bien sûr au social", appuie ce dernier.

Alors que les aides de l'Etat pour soutenir les entreprises impactés par la crise, comme le chômage partiel, les exonérations de charges et le fonds de solidarité représentent 86 milliards d'euros et les prêts garantis par l'Etat 130 milliards d'euros, Bruno le Maire répète que l'exécutif "ne reviendra pas sur les baisses d'impôts décidées depuis 2017". "Le président de la République est très clair sur ce point. Nous n'augmenterons pas les impôts. Les propositions ont fleuri comme jamais ces dernières semaines, mais nous les avons toutes refusées", insiste-t-il.

"Il n'y aura pas de hausses d'impôts, mais il va falloir identifier d'autres solutions", rétorque néanmoins Olivier Véran. "L'ensemble des soins Covid, la vaccination demain, etc., creusent le déficit de la Sécurité sociale à près de 50 milliards d'euros en 2020, rappelle-t-il. Je suis aussi le ministre de la Sécurité sociale, très attaché à ce qu'un équilibre de nos comptes sociaux soit trouvé."

"L'Etat remboursera sa dette d'abord grâce au retour de la croissance (dès 2021), ensuite par une maîtrise de nos dépenses de fonctionnement, et enfin par des réformes structurelles comme celle des retraites qui doit être la priorité absolue", réplique le ministre de l'Economie. 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.