Crise diplomatique : Jean-Yves Le Drian dénonce les "mensonges" et la "duplicité", et s'interroge sur l'alliance avec les Etats-Unis

Crise diplomatique : Jean-Yves Le Drian dénonce les "mensonges" et la "duplicité", et s'interroge sur l'alliance avec les Etats-Unis©ATTILA KISBENEDEK / AFP

publié le samedi 18 septembre 2021 à 20h20

Invité du 20 heures de France 2, le ministre des Affaires étrangères a expliqué les interrogations françaises quant à l'alliance avec les Etats-Unis, conséquence de la crise des sous-marins australiens.

Il ne décolère pas, depuis l'annonce de la rupture du contrat par l'Australie d'une commande de sous-marins, au profit des Etats-Unis. Au lendemain du rappel des ambassadeurs français aux Etats-Unis et en Australie, le ministre des Affaires étrangères a réglé ses comptes, sur le plateau de France 2, samedi 18 septembre.

"C'est symbolique : il y a eu mensonge, il y a eu duplicité, rupture majeure de confiance, il y a eu mépris. Donc ça ne va pas du tout entre nous. Il y a crise."

Jean-Yves Le Drian a indiqué que la France réévaluait sa position vis-à-vis de ses alliés, face à l'annonce d'un partenariat stratégique entre les Etats-Unis, l'Australie et la Grande-Bretagne. Partenariat qui exclut la France, mais aussi l'Union européenne, de l'océan Pacifique. "Pour la première fois dans l'histoire des relations entre les Etats-Unis et la France, on rappelle notre ambassadeur pour consultation. C'est un acte politique lourd. C'est aussi le moyen de réévaluer notre position pour défendre nos intérêts à la fois en Australie et aux Etats-Unis."

Le ministre a indiqué avoir été averti "une heure avant" de la déclaration australienne. Une décision qui était particulièrement bien gardée. "Je ne suis pas sûr que tous les ministres américains et australiens le savaient", assure Jean-Yves Le Drian. "On ne peut pas jouer dans les alliances comme ça : nous sommes des alliés. Quand on a un allié, on ne le traite pas avec une telle brutalité, une telle imprévisibilité."

Il en a profité pour tancer Joe Biden, le nouveau président des Etats-Unis, dont il compare les méthodes à celles de Donald Trump, "les tweets en moins". "Il a une forme de déclaration solennelle assez insupportable. Il y a de quoi s'interroger sur la force de l'alliance", a conclu Jean-Yves Le Drian. "Les Etats-Unis recentrent leurs intérêts fondamentaux et reviennent sur un certain nombre d'engagements qu'ils avaient au niveau mondial... Mais dans une vraie alliance, on se parle." 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.