Créneaux de vaccination : Anne Hidalgo dénonce un "scandale", "pas de gâchis", assure Alain Fischer

Créneaux de vaccination : Anne Hidalgo dénonce un "scandale", "pas de gâchis", assure Alain Fischer
Anne Hidalgo, le 11 novembre 2020, à Paris

publié le mercredi 28 avril 2021 à 11h25

L'ouverture de milliers de nouveaux créneaux non-utilisés fait grincer des dents.

Les centres de vaccination contre le Covid-19 pullulent à travers la France, avec par endroit de nombreux créneaux qui ne trouvent pas preneurs, faute de candidats éligibles. Cette situation fait bondit la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a déploré sur franceinfo un "scandale".

Selon elle, "il est temps d'être beaucoup plus souple, pragmatique dans la gestion de cette vaccination" et de "débrider la question de l'âge".


"Depuis fin janvier, je demande que l'on puisse ouvrir la vaccination aux enseignants, à toutes les professions qui sont en première ligne", a rappelé la maire de Paris, mercredi 28 avril. "Et puis plus largement, je crois qu'il faut débrider la question de l'âge, parce que c'est quand même un scandale que des doses ne soient pas utilisées alors qu'il y a beaucoup de gens qui souhaitent se faire vacciner".

Le professeur Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, a quant à lui exclu à l'hypothèse d'un élargissement de la campagne de vaccination. "Plus de 20 millions de doses de vaccins ont été administrées à des Français", "ce qui est bien, mais encore loin du compte", a t-il déclaré à l'antenne d'Europe 1. La règle "légitime" reste toutefois de "vacciner en priorité les personnes vulnérables par l'âge et la maladie". Et pour ces publics, "il faut poursuivre, ce n'est pas fini". "Il y a encore des personnes vulnérables", observe t-il.


Quant aux nombreux créneaux disponibles, "si on regarde les courbe du nombre de doses consommées, on voit que les choses avancent comme il faut, qu'il n'y a pas de gâchis, même si ça existe marginalement comme dans tout processus humain", a t-il affirmé. 

Mardi, Olivier Véran a rappelé sa volonté de vacciner "par priorisation de tranche d'âge". "Si on se fixe une cible de 80% d'une tranche d'âge qui doit être vaccinée pour être protégée, il y a encore 4,3 millions de Français qui relèvent de la vaccination qui n'ont pas encore été vaccinés", a souligné Olivier Véran.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.