Covid: Faure (PS) critique "l'insoutenable légèreté" de Macron

Covid: Faure (PS) critique "l'insoutenable légèreté" de Macron
Le premier secrétaire du PS Olivier Faure s'adresse à la presse le 22 septembre 2020 à Paris

publié le jeudi 15 avril 2021 à 11h55

Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a critiqué jeudi "l'insoutenable légèreté" d'Emmanuel Macron dans son "pari perdu" de janvier sur le Covid et a réclamé des "mesures plus coercitives" pour se protéger aux frontières des variants.

Interrogé sur le bilan des 100.000 morts de la pandémie qui va être atteint en France, le député de Seine-et-Marne a répondu sur Franceinfo que "le président a sa part de responsabilité".

"Je ne sais pas si c'est une question d'excuses, mais ce qui est certain, c'est qu'il doit prendre lui aussi la dimension, j'ai l'impression parfois qu'il est dans une forme d'insoutenable légèreté", a-t-il accusé en lui reprochant de ne pas avoir confiné le pays dès janvier.

"Aujourd'hui, on est dans une situation qui est bien pire que celle que nous aurions dû connaître si nous avions freiné plus tôt", a-t-il estimé.

"Il faut des mesures qui soient des mesures plus coercitives à l'entrée de nos frontières", a également souhaité le patron du PS, tout en se défendant d'être un "adepte de la fermeture des frontières".

"Aujourd'hui, on sait bien qu'il y a des variants qui se développent, c'est une situation de crise qui s'accentue, et donc ça supposerait qu'en France on ait des méthodes qui soient identiques à celles de nos voisins, plus coercitives", a-t-il précisé, en citant aussi la quatorzaine obligatoire à l'hôtel appliquée par Taïwan.

Le gouvernement doit présenter lundi de nouvelles mesures plus contraignantes pour les voyages avec les pays les plus touchés par l'épidémie de Covid-19, à l'instar de ce qui a été décidé pour le Brésil, comme "des restrictions supplémentaires pour les déplacements" mais aussi "des mesures plus contraignantes à l'isolement", a précisé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mercredi. 

Pour le calendrier de réouverture progressive des restaurants, commerces, et lieux de culture à partir de la mi-mai, M. Faure a réclamé au président de la République" des "critères clairs", "qu'on ait des éléments qui permettent à tout le monde d'apprécier et qu'on puisse en discuter".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.