Covid-19 : Yannick Jadot souhaite un "conseil de sécurité sanitaire" avec "les forces vives du pays"

Covid-19 : Yannick Jadot souhaite un "conseil de sécurité sanitaire" avec "les forces vives du pays"
L'eurodéputé EELV Yannick Jadot.

, publié le mercredi 04 novembre 2020 à 18h08

L'eurodéputé EELV Yannick Jadot souhaite la création d'un "conseil de sécurité sanitaire" et critique la gestion de la crise par le gouvernement.
 
Le gouvernement est sous le feu des critiques autour de la gestion de la crise sanitaire et du casse-tête du reconfinement. Yannick Jadot, l'eurodéputé EELV, a souhaité ce mercredi 4 novembre la création d'un "conseil de sécurité sanitaire".

Objectif : éviter qu'Emmanuel Macron ne décide "seul" des mesures à prendre pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.



L'eurodéputé a également critiqué sur Public Sénat "la confusion installée par le gouvernement", qui "a failli" sur les masques et les tests, et "a failli à réarmer nos services de réanimation". Les "couacs de communication créent de la défiance, y compris vers la règle édictée".

De plus, selon Yannick Jadot, la fermeture des librairies et des commerces de proximité est "une aberration", en remarquant qu'"à chaque fois qu'une règle est prise, on ne sait pas exactement quelle est la rationalité économique, sociale, sanitaire derrière", et "on a l'impression qu'on (le gouvernement) pense déjà à la règle suivante".

Appel à "respecter" les mesures

Le leader EELV a critiqué Emmanuel Macron, qui "décide seul avec quelques conseillers" des mesures à prendre, et a appelé à "installer dans la durée un conseil de sécurité sanitaire avec les forces politiques, les forces vives du pays". "Ce n'est qu'ensemble qu'on se donnera les moyens de combattre efficacement ce virus", a-t-il estimé. Il a néanmoins appelé à "respecter" les mesures prises jusque-là pour sortir d'une situation sanitaire "dramatique".


Un nouveau conseil de défense consacré à la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 a eu lieu ce mercredi matin à l'Elysée. Le président de la République a "rappelé la gravité de la situation qui continue de se dégrader avec des services de réanimation de plus en plus proches de la saturation, avec un patient hospitalisé en raison du Covid toutes les 30 secondes en France" et a appelé "à la responsabilité et la mobilisation absolue de chacune et de chacun", a indiqué le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Face à la progression du virus, des mesures plus restrictives sont sur la table, comme un possible "couvre-feu" à Paris ou en Ile-de-France (notamment en raison des attroupements devant certains commerces autorisés à rester ouverts), dont le porte-parole avait lui-même annoncé prématurément mardi la mise en oeuvre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.