Covid-19 : "Un rien peut faire basculer la situation", prévient Gabriel Attal

Covid-19 : "Un rien peut faire basculer la situation", prévient Gabriel Attal
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le 10 février 2021.

publié le mercredi 17 février 2021 à 14h35

Le porte-parole du gouvernement a rappelé mercredi 17 février que malgré une légère baisse des cas de Covid-19 et des hospitalisations, la pression hospitalière restait forte.

Alors que l'exécutif ne devrait pas prendre de nouvelles mesures sanitaires d'ici la fin des vacances scolaires, le porte-parole du gouvernement a toutefois rappelé mercredi 17 février que la situation restait fragile. 




"Les Français ont su déjouer les pronostics et ces dernières semaines, comme ces derniers mois, agissent en grande responsabilité. Il faut le saluer", s'est félicité Gabriel Attal à l'issue du Conseil des ministres et du Conseil de défense alors que nombreux scientifiques tablaient sur une aggravation de la situation à cause des variants.

"Au niveau national le nombre de cas détectés par jour a légèrement diminué, en moyenne de 10% sur une semaine, le nombre de patients hospitalisés a légèrement décru", a-t-il souligné. 

"Pour autant, il serait totalement déraisonnable de relâcher nos efforts et de crier victoire", a-t-il prévenu. "La situation reste si fragile qu'un rien peut la faire basculer" et "la vigilance reste de mise" car "la pression hospitalière reste très forte", a-t-il prévenu. Et d'insister : "nous pourrions payer très cher toute forme de relâchement". Le nombre de nouveaux cas dépasse 18.000 par jour en moyenne sur la semaine écoulée contre 20.000 auparavant et celui des patients hospitalisés en réanimation était mardi de 3.338, au plus haut depuis une semaine.

"Nous prenons des mesures rapide et proportionnées et adaptées à la situation, cela restera notre ligne de conduite", a assuré Gabriel Attal. Face à une "épidémie imprévisible", "nous ne sommes pas" à l'heure d'envisager l'assouplissement des restrictions et des réouvertures dans certains secteurs comme la restauration ou les lieux culturels, a-t-il également souligné, en précisant que le ministre de la Santé Olivier Véran fera un nouveau point de la situation jeudi.

Même si le nombre de cas quotidiens reste "phénoménal", cela n'empêche pas qu'"il faut se préparer" à desserrer les restrictions, avait de son côté estimé Christophe Castaner quelques heures plus tôt. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.