Covid-19: Pécresse appelle à "aller beaucoup plus loin" dans le soutien financier des bars

Covid-19: Pécresse appelle à "aller beaucoup plus loin" dans le soutien financier des bars
Valérie Pecresse le 2 septembre 2020 à Paris

, publié le lundi 28 septembre 2020 à 09h32

La présidente (Libres!) de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a appelé lundi le gouvernement à "aller beaucoup plus loin dans les mesures d'accompagnement financier" des bars qui doivent désormais fermer à 22H00.

"Le gouvernement a dit que les bars auraient accès au fonds de solidarité s'ils ont 80% de pertes de recettes. S'ils ferment à 22H00 ils n'auront pas 80%, il auront à peu près 50%. Il faut évidemment baisser ce seuil", "au moins à 50%, peut-être même en dessous", pour éviter "des faillites" et "des drames humains", a-t-elle estimé sur LCI.

"Inquiète" pour la situation économique du secteur en Ile-de-France, elle a estimé que la région a "eu la double peine: le confinement et les touristes qui ne sont pas revenus".

Elle a aussi réclamé "une clause de revoyure comme celle qu'ont obtenu les Marseillais, au bout de sept jours", pour connaître l'efficacité de la mesure et l'adapter en conséquence.

"Est-ce que par exemple tous les jeunes, les étudiants qui d'habitude vont dans ces bars vont être plus en sécurité sanitaire s'ils se retrouvent dans des petites chambres d'étudiants à 25 en train de boire chez eux", s'est-elle interrogée.

Valérie Pécresse a par ailleurs lancé "un cri d'alarme pour ceux qui sont sans voix et qu'on n'entend pas", les "intermittents de la filière restauration, intérimaires, CDD", dont la situation est "absolument dramatique".

"La région va organiser des reconversions très rapides" avec "une prime de 1.000 euros" pour ceux qui sont "sans perspective et souhaitent basculer dans des formations qualifiantes dans tous ces métiers qui vont recruter considérablement après" la crise. "40.000 formations sont déjà ouvertes à la région", a-t-elle précisé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.