Covid-19 : "On a un mois, un mois et demi, deux mois très sensibles", estime Jean Castex

Covid-19 : "On a un mois, un mois et demi, deux mois très sensibles", estime Jean Castex
Le Premier ministre, Jean Castex, le 4 mars 2021.
A lire aussi

, publié le samedi 06 mars 2021 à 12h30

En déplacement dans la Creuse, le Premier ministre a assuré que le gouvernement comptait "mettre le paquet sur la vaccination".

"On a un mois, un mois et demi, deux mois très sensibles" en raison des variants du Covid-19, a prévenu samedi 6 mars le Premier ministre, Jean Castex, en marge de la visite d'une exploitation agricole à Saint-Eloi, dans la Creuse. Or, "ce variant risque de nous reconduire, je n'en sais rien, peut-être à reconfiner", a-t-il poursuivi.



"Donc il faut mettre le paquet sur la vaccination" en mars et avril, a-t-il ajouté, alors que le gouvernement veut accélérer les vaccinations dès ce week-end grâce à des centaines de milliers de doses du vaccin AstraZeneca restées dans les placards. Dans le Pas-de-Calais, où un confinement le week-end est entré en vigueur ce samedi, de nouveaux centres de vaccination ont d'ailleurs ouvert ce week-end, avec 7.000 doses du vaccin Pfizer et 3.500 doses de celui d'AstraZeneca à administrer. 

Une opération de "vaccination de masse" est également lancée ce week-end à Paris et en Île-de-France, avec une centaine de centres de vaccination ouverts samedi et dimanche dans la région, pour écouler "une allocation exceptionnelle de 51.000 doses de vaccins Pfizer", soit la totalité des doses injectées dans toute la France certains jours, a annoncé l'Agence régionale de santé Île-de-France. Quatre hôpitaux militaires ouvrent aussi des centres de vaccination ce week-end, à Metz, Toulon, Saint-Mandé (Val-de-Marne) et Villenave-d'Ornon (Gironde).

Concernant la réouverture des restaurants, à un horizon encore indéterminé, il faut qu'"on soit prêt le jour où on peut appuyer sur le bouton", a souligné le chef du gouvernement. A cet égard, "on ne pourra pas débrancher tout de suite le dispositif" d'aides, a indiqué Jean Castex, qui prévoit aussi des "actions symboliques" pour soutenir le secteur, comme la mise en valeur de la gastronomie au deuxième semestre 2021. "Il faut que l'accompagnement de l'Etat soit à la hauteur de cette saignée que vous avez subie", a insisté le Premier ministre à propos du secteur "le plus lourdement et le plus longuement impacté par la crise".

Interpellé par ailleurs par le président de la communauté d'agglomération de Guéret, Eric Correia, sur la situation des intermittents du spectacle, Jean Castex a invité "à aller se promener en Allemagne, en Italie voir combien ils sont indemnisés".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.