Covid-19 : Olivier Véran écarte la possibilité de reconfinements localisés

Covid-19 : Olivier Véran écarte la possibilité de reconfinements localisés
Olivier Véran sur le plateau de France 2 mardi 29 décembre 2020.

, publié le mardi 29 décembre 2020 à 20h20

Invité de France 2, le ministre de la Santé a indiqué qu'il n'était pas question de reconfiner, même localement. Néanmoins un durcissement du couvre-feu dans les zones très touchées par le coronavirus est à l'étude. 

"Nous sommes encore trop haut".

Invité du JT de 20h sur France 2 mardi 29 décembre, Olivier Véran n'a pas caché sa préoccupation quant à l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en France. "Nous sommes sur un plateau depuis trois semaines avec près de 15.000 nouvelles contaminations par jour." Soit trois fois plus que l'objectif fixé par le gouvernement pour reprendre la main sur l'épidémie. 


Face à l'angoisse, certains élus locaux ont réclamé un reconfinement ciblé. Le ministre de la Santé a tenu à écarter cette possibilité. "Nous écartons l'idée d'un confinement généralisé et local", a assuré Olivier Véran. 

Néanmoins une concertation a débuté avec les collectivités territoriales pour prendre des mesures adaptées en fonction du contexte local. "Il y a des disparités territoriales importantes, a expliqué le ministre. Les régions Grand-est, Bourgogne Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Alpes-Maritimes sont dans une situation plus problématique."

Dans ces régions, le durcissement du couvre-feu est à l'étude. "Nous allons proposer une extension du couvre-feu, qui au lieu de démarrer à 20h00, démarrera à 18h dans l'ensemble des territoires dans lesquels ça s'avèrera nécessaire", a indiqué Olivier Véran lors du journal télévisé de France 2. "Ces mesures seront applicables à partir du 2 janvier", a-t-il ajouté.

Le ministre a précisé que les territoires concernés étaient "des départements, des métropoles (...), dans lesquels le taux d'incidence serait au-dessus du seuil d'alerte maximale".

Si le gouvernement, lors du déconfinement, avait évoqué une clause de revoyure le 7 janvier pour évoquer la possiblité de lever les restrictions sanitaires, la donne est en passe de changer. "Nous avons besoin de voir l'effet de noël et celui du nouvel an. D'ici début janvier nous y verrons plus clair sur la situation sanitaire. De toute évidence, on ne pourra pas lever la totalité des contraintes."
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.