Covid-19 : non-respect des gestes barrière ou du port du masque, des failles inquiètent à l'Assemblée nationale

Covid-19 : non-respect des gestes barrière ou du port du masque, des failles inquiètent à l'Assemblée nationale
Des députés à l'Assemblée nationale, le 22 septembre 2020

, publié le mardi 29 septembre 2020 à 20h00

Alors que les indicateurs sont au rouge dans la capitale, et que le gouvernement et les autorités sanitaires appellent au respect des gestes barrières contre le coronavirus, l'Assemblée nationale ne serait pas un modèle. Ce mardi, l'intersyndicale des collaborateurs parlementaires s'inquiète de comportements mettant "en danger" des personnes au palais Bourbon.

Distanciation sociale non respectée, port du masque pas toujours observé...

Bien que les députés prônent gestes barrières et continuité de la vie démocratique, les mesures pour lutter contre la propagation du Covid-19 ne semblent pas suivies à l'Assemblée nationale. C'est ce que dénonce l'intersyndicale des collaborateurs parlementaires mardi 29 septembre, qui s'inquiète de pratiques mettant "en danger" des personnes au Palais Bourbon. 

"L'Assemblée nationale est une zone très particulière en temps de pandémie : des femmes et des hommes de tout le pays se rejoignent et repartent plusieurs fois par semaine dans leurs territoires, ce qui en fait un lieu à haut risque sanitaire", a souligné lundi l'intersyndicale des collaborateurs dans un courrier au président Richard Ferrand (LREM). Or "nous avons constaté plusieurs pratiques au sein même de l'Assemblée nationale qui ont pu mettre en danger toutes celles et ceux qui travaillent dans ses murs", a-t-elle poursuivi. 



"Une centaine de personnes agglutinées sans respect des mesures sanitaires"

Dans son courrier, l'intersyndicale mentionne une réception organisée mercredi dernier après l'hommage à Jacques Chirac, à laquelle ont participé "une centaine de personnes au moins 'agglutinées' sans respect des mesures sanitaires dites 'barrières' de distance".  Et le même jour, une audition conjointe à plusieurs commissions "a vu les députés s'entasser, parfois sans masque, dans une salle située dans les sous-sols du Palais-Bourbon". 

"C'est ce même type de salle qui avait fait de l'Assemblée nationale un des tout premiers clusters en mars dernier, juste avant le confinement", rappelle l'intersyndicale. Plusieurs cas graves avaient alors été recensés, provoquant un quasi-confinement de l'hémicycle. le 8 juillet dernier, Olivier Véran avait appelé les députés à la prudence, leur demandant de ne pas créer de "cluster dans l'Assemblée".

Mi-septembre, huit cas de Covi-19 ont encore été recensés, dont un au moins parmi les députés, a rapporté Le Parisien dans un article du 22 septembre. Ce qui porte à 103 le nombre de cas positifs recensés depuis le début de l'épidémie à l'Assemblée nationale (dont 32 députés), sur 4000 employés. 

Les questeurs, chargés de la gestion de l'Assemblée, ont réhaussé vendredi les mesures de protection sanitaire en vigueur, en fermant la buvette des députés à 22h, les salles de sport, et en préconisant les visioconférences.

Pour le député PCF Sébastien Jumel, il n'est "pas question de protéger les députés plus que le reste de la France". "Des mesures ont été prises" et il ne faudrait pas "mettre la démocratie sous cloche", préconise aussi Boris Vallaud (PS).

Pierre-Yves Bournazel (Agir ensemble) fait part d'une "extrême vigilance" et de "beaucoup de prévention en amont dans une période qui est très compliquée".

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.