Covid-19 : les transports en commun, des "bétaillères à virus", selon Julien Bayou

Covid-19 : les transports en commun, des "bétaillères à virus", selon Julien Bayou
Le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou, le 22 septembre 2020 à Paris.

, publié le mercredi 14 octobre 2020 à 19h30

Le 6 octobre dernier, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari affirmait de son côté que "les transports en commun ne sont pas un lieu de contamination particulier".

A quelques heures de l'intervention du chef de l'Etat, le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou a demandé de la cohérence au gouvernement dans les mesures prises pour freiner la seconde vague de coronavirus. 

"Si on ferme les bars, il faut être cohérent et donc permettre de désengorger les transports en commun (..) On a, aux heures de pointe, beaucoup de monde dans les transports, l'impression des fois d'être dans des bétaillères à virus, des clusters roulants", s'est-il-indigné, mercredi 14 octobre, sur Public Sénat. L'écologiste a proposé la "mise en place de navettes rapides, directes, aux heures de pointe".




Le 6 octobre, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a affirmé que les mesures prises dans les transports en commun, en particulier le port du masque obligatoire, étaient efficaces pour éviter la propagation du coronavirus. "Les transports en commun ne sont pas un lieu de contamination particulier", a martelé le ministre. "Les lieux de contamination les plus importants sont les lieux clos où les gens ne portent pas le masque", a-t-il ajouté.

Quant aux images de foule sur les quais régulièrement diffusées dans les médias, elles concernent des dysfonctionnements, a-t-il estimé, rappelant que la fréquentation ne dépasse pas actuellement 60 à 65% de la normale alors que 100% du service habituel est assuré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.