Covid-19 : les Français favorables à la vaccination des enseignants, la question des enfants divise

Covid-19 : les Français favorables à la vaccination des enseignants, la question des enfants divise
Les campagnes de vaccination vont se poursuivre, notamment en milieu scolaire (illustration)

publié le vendredi 27 août 2021 à 05h00

A l'approche de la rentrée scolaire, l'incertitude plane toujours sur les conditions du retour en classe des élèves. 

A quelques jours du retour en classe de millions d'élèves à travers la France, Jean-Michel Blanquer a rappelé jeudi 26 août le protocole sanitaire qui sera en vigueur dans l'Education nationale pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Le ministre a ainsi confirmé le scénario 2 (sur quatre) du protocole, autorisant tous les élèves à être accueillis au sein des établissements scolaires. Il a également insisté sur les campagnes de vaccination en milieu scolaire à venir.

Sur cette question, deux Français sur trois se déclarent favorables à la vaccination obligatoire des enseignants (67%), contre 32% qui y sont opposés, selon la dernière vague du baromètre politique BVA pour Orange et RTL, publié vendredi 27 août.


L'opposition est plus marquée chez les jeunes de moins de 35 ans (47%), les employés et ouvriers (44%), les salariés du secteur public (41%) ainsi que les sympathisants RN (40%) et LFI (54%). 

Les parents hostiles à la vaccination des plus jeunes

En revanche, les Français se montrent plus partagés sur la vaccination des enfants de moins de 12 ans si elle était un jour envisagée : 53% seulement y sont favorables et surtout, les principaux concernés (les parents d'enfants de cet âge) y sont majoritairement hostiles (63%).


LES AUTRES ENSEIGNEMENTS A RETENIR

Popularité : le couple exécutif se maintient


La cote de popularité est relativement stable pour Emmanuel Macron (40%; +1 point) et Jean Castex (40%; -2).

40% des Français déclarent avoir une bonne opinion d'Emmanuel Macron, soit 1 point de plus que lors de notre précédente mesure fin juin, contre 60% (stable) qui en ont une mauvaise opinion.


La cote de popularité de Jean Castex est identique à celle d'Emmanuel Macron (40%; -2 depuis juin). Alors que le précédent Premier ministre, Edouard Philippe, a quasiment toujours bénéficié d'une meilleure image que le Président, Jean Castex n'a profité de cet écart que quelques mois après sa nomination et sa popularité semble désormais relativement alignée sur celle du Président.

Près d'un Français sur deux estime qu'Emmanuel Macron et le gouvernement gèrent bien la crise (46%)

Ils sont 54% à penser qu'ils la gèrent mal (dont 25% très mal). Des résultats mitigés qui peuvent toutefois paraître relativement positifs pour l'exécutif au regard des critiques qu'il reçoit sur ce sujet.


A titre de comparaison, les résultats de notre tracking COVID 2020 montraient que l'an dernier, moins de 4 Français sur dix étaient confiants dans la manière dont le gouvernement gérait la crise.

La cote d'influence de Valérie Pécresse progresse de 3 points auprès des sympathisants LR (65%)

Valérie Pécresse semble profiter de sa déclaration de candidature à la présidentielle : 28% des Français (+2) et 65% des sympathisants LR (+3 points) souhaitent qu'elle ait de l'influence à l'avenir, ce qui la place en 3e position ex-aequo de notre classement derrière Edouard Philippe et Bruno Le Maire, et surtout en première position auprès des sympathisants des Républicains, juste devant Xavier Bertrand. Ce dernier enregistre un léger recul de sa cote d'influence, tant auprès de l'ensemble des Français (26%; -4) que des sympathisants LR (64%; -2). 



Accueil de réfugiés afghans : les Français réticents

Une majorité de Français (56%) affiche son opposition à l'accueil de réfugiés afghans sur le sol français, suite au retour des Talibans au pouvoir. L'idée suscite le rejet de la quasi-totalité des sympathisants RN (92%) et de près des deux tiers des sympathisants LR (65%). 


44% des Français y sont favorables, notamment parmi les plus jeunes (55% des 18-24 ans, seule classe d'âge à y être majoritairement favorable), les cadres (59%), les plus diplômés (61%) et les sympathisants de gauche (71%). 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.