Covid-19 : les députés réclament un dépistage systématique

Covid-19 : les députés réclament un dépistage systématique
L'Assemblée nationale le 6 octobre 2020.

, publié le jeudi 03 décembre 2020 à 14h05

Alors que l'Assemblée a largement adopté jeudi une résolution Les Républicains réclamant un dépistage systématique pour éviter un nouveau reconfinement, le secrétaire d'Etat à l'enfance et la famille Adrien Taquet a répondu que la France était déjà "parmi les pays les plus testants au monde".




Alors que l'épidémie de Covid-19 recule, la France n'est pas à l'abri d'une troisième vague après les fêtes, préviennent les experts. Une résolution des Républicains, largement adoptée jeudi 3 décembre à l'Assemblée nationale, plaide ainsi pour le dépistage systématique. La résolution "invite le Gouvernement à s'inspirer des politiques sanitaires initiées dans d'autres pays, en particulier en ce qui concerne le dépistage systématique".

Le texte souligne "le bien-fondé de la stratégie de dépistage massif, en particulier auprès de Français asymptomatiques" et met en exergue l'objectif "d'éviter absolument un nouveau reconfinement".

Le texte a recueilli 135 voix pour, 8 contre et 20 abstentions. La gauche -communistes, socialistes, "insoumis"-  a voté pour. La République en marche, le groupe le plus important de la majorité, a dit "ne pas s'y opposer" malgré les vives critiques de LR et d'autres sur la stratégie sanitaire du gouvernement, estimant que la recommandation concernant les tests était déjà remplie dans les faits.

Le secrétaire d'Etat à l'enfance et la famille Adrien Taquet a répondu que la France était déjà "parmi les pays les plus testants au monde", avec un objectif de plus de 2 millions de tests par semaine atteint à l'automne. Les exemples étrangers évoqués en séance -Allemagne, Corée du Sud, Slovaquie, Chine, Liverpool en Grande-Bretagne etc.- soulèvent "beaucoup de questions" et "ont rendu beaucoup d'experts dubitatifs", a-t-il ajouté.

Demande "décalée" ou "utile et importante" ?

Le chef de file des députés LR, Damien Abad, a rappelé le rapport parlementaire très critique envers la stratégie sanitaire du gouvernement rendu public mercredi, pour dénoncer "une politique de tests très erratique". 

Il a reçu un rare soutien du chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui a jugé "utile et importante" la résolution. "On ne peut pas garder la France en prison à intervalles réguliers", a-t-il dit en référence au risque d'un nouveau confinement. "Après le mensonge des masques, le fiasco des tests", a lancé de son côté Sébastien Chenu, du RN.

A l'inverse Brahim Hammouche, au nom des centristes du MoDem, a jugé ce texte sur les tests "décalé" au moment où tous les regards se portent sur la stratégie vaccinale à développer face au virus. L'UDI Christophe Naegelen a aussi souligné que le dépistage massif "n'est pas en mesure de nous prémunir de tout confinement".

La "marcheuse" Michèle Peyron a elle aussi critiqué la "vision idéalisée du dépistage massif" contenue dans la résolution. Elle n'y a cependant pas fait obstacle, estimant que sa préconisation était déjà satisfaite, notamment au lendemain de l'annonce par le Premier ministre Jean Castex de campagnes de dépistage à grande échelle à Saint-Etienne, Le Havre et dans une ville du Nord.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.